Les échanges commerciaux entre la France et l’Arabie

En 2020, les échanges de biens entre la France et l’Arabie saoudite se sont élevés à 4,9 Mds EUR, en baisse de 49% par rapport à 2019, principalement en raison de la baisse de nos importations de pétrole. Ces échanges se sont soldés par un déficit pour la France de 400 M EUR comparé à un déficit de 3,7 Mds EUR en 2019. Depuis 2011, nos échanges commerciaux bilatéraux ont été en déficit, à l’exception de 2016 et 2017 où le solde commercial était légèrement excédentaire de 300 M EUR. Nos exportations ont diminué de 22% en 2020, passant de 2,9 Mds EUR en 2019 à 2,3 Mds EUR. Nos importations ont atteint 2,6 Mds EUR, en baisse de 60% par rapport à 2019 (6,7 Mds EUR). En 2020, l’Arabie saoudite a été notre 36ème client, en recul de deux places, et notre 34ème fournisseur (en recul de 16 places). L’Arabie a été notre 37ème déficit bilatéral (10ème déficit en 2019). Au sein des pays du Golfe, l’Arabie saoudite a été notre 2ème client après les Émirats Arabes Unis et devant le Qatar.

1. En 2020, nos exportations de biens vers l’Arabie saoudite ont diminué de 22%

En 2020, nos exportations de biens (hors matériels militaires) vers l’Arabie saoudite ont enregistré une baisse de 22%, passant de 2,9 Mds EUR en 2019 à 2,3 Mds EUR. En 2019, nos exportations avaient également enregistré une diminution de 13,4%, passant de 3,47 Mds EUR en 2018 à moins de 3 Mds EUR.
Cette diminution était pour l’essentiel imputable à la baisse de -58% des livraisons aéronautiques Airbus qui s’étaient élevées à 330 M EUR en 2019 contre 786 M EUR en 2018. Ce poste a poursuivi sa baisse entre 2019 et 2020 pour s’établir à 204 M EUR, soit -126 M USD i.e. -38%. Depuis 2015, le groupe Airbus a signé plusieurs contrats avec les compagnies aériennes saoudiennes Saudia et sa filiale low cost Flyadeal, Flynas et Saudi Gulf pour un total de plus de deux cent appareils de la famille A320 avec des livraisons échelonnées jusqu’à 2026. Le calendrier des livraisons et l’origine de l’assemblage final des appareils (Toulouse ou Hambourg) font fluctuer nos exportations de manière importante.

Hors secteur aéronautique, les exportations françaises sont passées de 2,7 Mds EUR en 2019 à 2,1 Mds EUR en 2020, soit une baisse de 22%. Le premier poste d’exportations est constitué des produits agricoles et agroalimentaires qui ont représenté 18% de nos ventes à l’Arabie saoudite en 2020 à 424 M EUR. L’Arabie saoudite a été notre 24ème client dans le monde pour les produits agricoles et agroalimentaires. Le deuxième poste d’exportations hors aéronautique est constitué des produits pharmaceutiques, qui ont représenté 16% de nos ventes en 2020 (363 M EUR), en hausse de +6,5% par rapport à 2019. Les produits chimiques, parfums et produits cosmétiques sont le 3ème poste d’exportations (13,2% des ventes). Ces ventes ont diminué de -3,4% en 2020 à 305 M EUR. Le 4ème poste de nos ventes est constitué des ventes de produits informatiques, électroniques et optiques, qui ont représenté 193 M EUR d’exportations en 2020 (8,4% de nos ventes), en forte chute (-72%) par rapport à 2019 (697 M EUR). Globalement, les exportations d’équipements mécaniques, de matériel électrique, électronique et informatique, ont diminué de 51%, passant de 1,1 Md EUR en 2019 à 523 M EUR en 2020.

2. Nos importations en provenance d’Arabie saoudite ont baissé de 60%

En 2020, nos importations en provenance d’Arabie saoudite ont atteint 2,6 Mds EUR, en baisse de 60% par rapport à 2019 (6,7 Mds EUR). Cette baisse de 4,1 Mds EUR est due aux effets conjugués de la baisse des prix du baril de pétrole et de la forte contraction de l’activité économique en France.

Les produits pétroliers (hydrocarbures naturels et produits pétroliers raffinés) ont représenté 94% du total de nos achats.

Le pétrole brut a représenté 45% de nos importations, en baisse de 2,4 Mds EUR par rapport à 2019 et les produits pétroliers raffinés 50% du total de nos achats (diminution de 1,6 Md EUR). Depuis 2013, la part des produits pétroliers raffinés dans nos achats à l’Arabie saoudite est en forte hausse : elle est passée de 2% de nos importations en 2013 à 50% en 2020.
Les autres biens importés sont des produits chimiques (109 M EUR, 4% du total des achats) et des produits métallurgiques et métalliques (18 M EUR, 0,7%).

Dernière modification : 15/09/2021

Haut de page