Les échanges commerciaux entre la France et l’Arabie

En 2018, la balance commerciale des échanges de la France avec l’Arabie saoudite est déficitaire de 3,9 Mds USD. Depuis 2011, nos échanges commerciaux avec le Royaume ont enregistré des déficits, sauf en 2016 et 2017 avec un léger solde commercial excédentaire de 0,3 Md USD et 0,2 Md USD respectivement. La tendance sur les trois premiers trimestres 2019 est toujours au déficit avec un solde négatif de 3,0 Mds USD.

En 2018, les exportations de biens (hors matériels militaires) de la France vers l’Arabie saoudite ont enregistré une forte diminution, passant de 4,5 Mds EUR en 2017 à un peu moins de 3,5 Mds EUR. Au troisième trimestre 2019, nos exportations de biens s’élèvent à 2,3 Mds EUR, en glissement annuel de 11,3% par rapport à la même période de 2018. Cet affaissement s’explique principalement par la baisse de nos exportations de matériels de transports (-55%) de 628 M EUR au troisième trimestre 2018 contre 280 M EUR au troisième trimestre 2019.

En 2018, la ventilation de nos exportations vers le Royaume se décomposait, pour les postes prépondérants, comme suit : 26% matériels de transport, 13% produits informatiques, électroniques et optiques, 10% produits des industries agroalimentaires et 10% produits pharmaceutiques. Au troisième trimestre 2019, la tendance change légèrement avec les postes prépondérants suivants : 27% produits informatiques, électroniques et optiques, 14% matériels de transports, 11% produits des industries agroalimentaires et 11% produits pharmaceutiques.

Nos importations en provenance du Royaume, dont la valeur avait fortement baissé entre 2014 et 2016, ont retrouvé un mouvement ascendant en 2017 et ont explosé en 2018 (+55%), à 6,5 Mds EUR, contre 4,2 Mds EUR en 2017. Le bilan des importations en provenance du royaume wahhabite sur les trois premiers trimestres 2019 confirme la hausse observée depuis 2017, avec 5,0 Mds USD d’importations contre 4,3 Mds USD au troisième trimestre 2018, soit une augmentation de 15%. Cette hausse significative a une double origine. D’une part, l’impact de la remontée du prix du baril, qui est passé de 52 USD en moyenne en 2017 à 67 USD en 2018 ; d’autre part, l’accentuation d’une tendance à l’œuvre depuis quelques années, d’augmentation, à un rythme soutenu, de nos importations de produits pétroliers raffinés. Ce poste, relativement marginal jusqu’en 2013 (110 M EUR), dépasse désormais 2,8 Mds EUR en fin d’année 2018.

On observe ainsi depuis cinq ans une reconfiguration de nos achats de produits pétroliers, qui représentent toujours 96% du total de nos importations du Royaume : les importations de brut (dont la part relative est passée de 94% en 2013 à 53% en 2018) cèdent le pas progressivement aux importations de produits raffinés (2% en 2013, contre 43% en 2018), à plus forte valeur ajoutée pour l’économie saoudienne, et donc plus onéreux pour nos importations.

Dernière modification : 05/11/2019

Haut de page