Presse du 14 & 15 décembre 2015

Mots clés : Conseil des ministres – Arabie / Terrorisme / Pays arabes – Arabie / Elections municipales – Elections en France / Racisme –Arabie / Syrie / France / Etats-Unis – Arabie / Ouganda – Arabie / Libye – Arabie / Irak – Arabie / Economie / Budget – Arabie / Transports.

Titres Généraux
 :

Al Watan : * La coalition proclame un cessez-le-feu au Yémen.

Al Hayat : * Yémen : La coalition continuera à soutenir le peuple yéménite et le gouvernement dans les efforts en vue d’une solution politique. Des bataillons de sécurité saoudiens aux frontières.

AL Riyadh : * L’Arabie confirme l’importance de l’unification des efforts pour lutter contre l’instabilité, la violence et le terrorisme au Moyen-Orient.

Al Jazirah : * Le vice-Prince héritier : La coalition islamique luttera contre toute organisation islamiste.

Sharq Al Awsat : * Après le succès de la « fermeté », l’Arabie constitue une coalition islamique pour lutter contre le terrorisme.

Okaz  : * Des sources économiques : le budget de l’Arabie s’approche de 700 milliards de riyals.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Conseil des ministres : Le Roi a présidé la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue hier au palais Al-Yamama à Riyad. Il a informé les ministres des résultats de ses entretiens avec les chefs des délégations du C.C.G. qui viennent de participer au 36ème sommet, avec le Président ougandais, et avec les membres de l’opposition syrienne, ainsi que de son entretien téléphonique avec le Président Hollande.

Le Conseil des ministres s’est félicité de la déclaration de Riyad, du communiqué de clôture du conseil supérieur du C.C.G. et des résolutions adoptées dans tous les domaines. Il a salué le discours du Roi à cette occasion qui a appelé les pays membres à déployer davantage d’efforts afin de renforcer le processus de développement commun et d’œuvrer à épargner aux pays membres les conflits régionaux et contribuer au rétablissement de la sécurité et de la stabilité dans les pays voisins.

Les ministres ont évoqué également les remerciements et les éloges adressés par la communauté internationale à l’Arabie qui a accueilli la réunion de l’opposition syrienne toutes tendances et composantes confondues, afin de trouver une solution politique, garantissant l’unité territoriale de la Syrie, conformément à Genève-1 et au souci de l’Arabie d’instaurer la sécurité, la stabilité et la justice dans ce pays.
Ils ont ensuite passé en revue les derniers développements dans la région et dans le monde et les résultats des réunions et concertations régionales et internationales à ce sujet. L’Arabie est soucieuse d’unifier les efforts pour faire face à la dégradation de la situation au Moyen-Orient, qui traverse actuellement une phase inédite d’instabilité, de violence et de terrorisme.

Les ministres ont mis en exergue l’appel lancé par l’Arabie à la COP21 à Paris, en faveur de l’adoption de politiques d’abaissement des gaz à effet de serre : il faut envisager les sources d’énergie comme étant complémentaires, de façon à contribuer au développement durable pour tous. L’Arabie s’est engagée à améliorer la compétence énergétique, ayant parfaitement conscience de l’importance de la diminution des émissions de gaz à effet de serre comme moyen de lutter contre le changement climatique et soutenir les programmes de développement durable.
Le Conseil des ministres a également salué la déclaration du commandement de la coalition de soutien à la légalité au Yémen au sujet du nettoyage de l’île de Haniche des milices houthies et du rétablissement de l’autorité gouvernementale.

L’Arabie dénonce et condamne à nouveau les actes terroristes sous toutes leurs formes et quels qu’en soient les mobiles, notamment l’attaque perpétrée par des éléments armés à l’aéroport de Kandahar au sud de l’Afghanistan et l’opération-suicide au Cameroun.

Les ministres ont adressé leurs félicitations aux élues et élus des élections municipales en remerciant toutes les autorités gouvernementales qui ont assuré le bon déroulement de la journée électorale.

* Arabie saoudite / Terrorisme / Pays arabes  : Lors d’une conférence de presse donnée à la base militaire du Roi Salman à Riyad, le Prince Mohammed bin Salman, vice-Prince héritier et ministre de la Défense, a annoncé hier la formation d’une coalition militaire pour lutter contre le terrorisme, incluant 34 Etats, sous la présidence de l’Arabie. Il a souligné l’importance de la coordination des efforts et des opérations communes au sein des pays de la Coalition militaire islamique.

Des efforts formidables sont déployés en Arabie dans la lutte contre le terrorisme. On ne pourra adopter une position contraignante pour tous les pays membres de cette coalition, mais son rôle sera un rôle de coordination et chaque pays contribuera selon ses capacités dans ce domaine. Cette coalition nouera une coordination avec toutes les organisations internationales et avec les pays importants. Elle ne cible aucune organisation terroriste en particulier, mais toute organisation qui émerge fera l’objet des mesures nécessaires pour la combattre.

A une question sur les dix pays musulmans qui soutiennent cette coalition, le Prince Mohamed a répondu que lesdits pays doivent effectuer certaines procédures avant d’y adhérer. Cette adhésion pourrait avoir lieu d’ici une semaine. Cette coalition n’est pas considérée comme une mobilisation militaire mais comme une action pour coordonner les efforts déployés par tous les Etats pour lutter contre le terrorisme. Elle poursuivra les organisations terroristes. Aucune opération ne pourra avoir lieu en Syrie ou en Irak hors d’une coordination avec les autorités légales et avec la communauté internationale. La coalition ne dépend pas de l’O.C.I.

Un communiqué commun a été diffusé hier au sujet de cette coalition « inspirée des préceptes divins et coraniques qui prohibent le terrorisme sous toutes ses formes et qu’il faut combattre par tous les moyens. La coalition confirme les principes et les objectifs de la charte de l’O.C.I. qui exhorte les pays membres à coopérer pour lutter contre toutes les formes de terrorismes et qui refuse tous les prétextes et les justifications, à unifier leurs rangs et leurs efforts.

Conformément aux termes de la Charte des Nations unies, à celle de l’O.C.I., à toutes les chartes internationales dont le but est d’éradiquer le terrorisme, afin de confirmer le droit des pays à l’autodéfense conformément au Droit international, sur la base des dispositions du traité de l’O.C.I. de lutte contre le terrorisme et du devoir de protection de la oumma contre les nuisances des organisations terroristes armées quelle que soit leur appartenance ou leur confession, les pays dont les noms figurent dans ce communiqué ont décidé de former une coalition militaire de lutte antiterroriste sous le commandement de l’Arabie ».

Le communiqué annonce également l’ouverture d’un centre d’opérations à Riyad. Les mesures nécessaires seront prises avec les pays amis et les autorités internationales en vue d’une coordination des efforts.

Il s’agit de : la Jordanie, les EAU, le Pakistan, Bahreïn, le Bangladesh, le Benin, la Turquie, le Tchad, le Togo, la Tunisie, Djibouti, le Sénégal, le Soudan, le Sierra Leone, la Somalie, le Gabon, la Guinée, la Palestine, les Comores, Qatar, Cote d’ivoire, le Koweït, le Liban, la Libye, les Maldives, le Mali, la Malaisie, l’Egypte, le Maroc, la Mauritanie, le Niger, le Nigeria et le Yémen.

* Arabie saoudite / Elections municipales : La presse du 14 décembre indique que les Saoudiennes ont obtenu 15 sièges (selon Al-Hayat du 14) des 2106 à pourvoir dans les conseils municipaux. C’est un chiffre qualifié par certains de véritable « percée » dans une société « traditionaliste ».

Cette victoire « méritée » intervient en dépit d’une mobilisation sur les sites des réseaux sociaux, dans certaines mosquées contre le vote des femmes ou leurs candidatures. La victoire de certaines candidates a constitué une véritable surprise, dont celle de Mme Salma Al-Otaibi qui a largement dépassé ses concurrents masculins, dans la province de la Mecque. Mmes Machael Al-Sahli et Badriyah Al-Rachidi ont obtenu des sièges au centre d’Al-Batein, dans la région de Qassim.
Trois autres candidates ont également été élues dans la région de Riyad, deux dans l’Ihsa et une seule à la Mecque, Tabouk, Al-jouf, Qatif, Jazan et Hael. Ces élues sont titulaires de diplômes supérieurs et certaines sont des activistes sociales ou des femmes d’affaires.

Maintenant que le rideau est tombé sur cette journée électorale, les Saoudiennes attendent les nominations du ministère des Affaires rurales et municipales, qui a le droit de désigner le tiers des membres et espèrent ainsi obtenir davantage de sièges.
Al-Charq Al-Awsat et Al-Riyadh du 14 citent 20 femmes élues aux côtés de 2086 hommes. A Riyad 4 femmes ont été élues, 5 dans la Province Est, trois à la Mecque, deux à Tabouk, deux à Qassim et un seul à Al-Jouf, Médine, Asir, Jazan et Haël.

Le comité organisateur a recensé la participation de plus de 700 mille électeurs. 1,3 millions d’hommes étaient inscrits sur les listes électorales dont 596 mille se sont présentés aux urnes, et 130 mille femmes, dont 106 mille ont voté.

* Dans sa tribune intitulée « la mère des surprises », publiée dans Al-Charq Al-Awsat du 14 décembre, le rédacteur en chef, Salman Al-Dossari, estime que la victoire de ces femmes n’est pas uniquement une victoire historique à leur crédit mais également une performance extraordinaire de ces hommes qui leur ont accordé leur confiance, convaincus de leur droit et persuadés qu’il est inadmissible que leur participation à la vie de leur pays soit marginalisée.

* L’éditorialiste d’Al-Riyadh du 14 décembre se félicite également de cette entrée des femmes dans la vie électorale et la victoire de la culture électorale.
Les media internationaux ont surveillé ces élections et ont particulièrement mis l’accent sur la manière dont les Saoudiens ont appréhendé cette échéance, qui s’est déroulée sans parasitage et sans infractions. Ils ont reconnu un réel succès qu’il est important de préserver et d’en conforter les résultats.

* Elections en France / Racisme : Al-Jazirah du 14 décembre publie la tribune virulente de M. Khaled Al-Malek intitulée : « Le néonazisme ». Une personnalité arrogante, un esprit retors, une tendance à l’extrême-droite, plus proche du terrorisme et de l’idéologie nazie, héritage, apprentissage et conviction de son père. Telle est la description à minima, de cette femme, extrémiste par excellence, appartenant à un parti extrémiste et le présidant, s’exprimant de façon haineuse.

Cette femme promeut une idéologie étrange, proche de l’exécration et du racisme, qui réussit à créer ici et là des foyers qui profitent au terrorisme, les encourageant ainsi à détruire la beauté dans son pays, voire dans tous les pays chantres de la paix.
Elle a hérité de son père la direction d’un parti à l’histoire noire. Elle a poursuivi la politique enseignée par son père dont le but est d’augmenter le nombre de ses électeurs. Elle ne se contente pas de déclarer la guerre aux Musulmans et aux Arabes, même s’ils sont Français, mais va même jusqu’à pratiquer à leur encontre toutes sortes de vexations et met en doute leur fidélité à leur patrie. Elle va plus loin et prône leur expulsion de France et l’interdiction de l’entrée de tout immigré ou réfugié arabe ou musulman.

SI vous voulez en savoir davantage sur cette personnalité raciste, souvenez-vous de ce qu’a dit le responsable des programmes des Républicains : « Marine Le Pen doit ressentir de la honte et de l’opprobre en essayant de rabaisser les valeurs de la France ».

Elle a comparé la prière des Musulmans dans les rues à l’occupation nazie durant la seconde guerre mondiale. Elle réitère ces déclarations en incitant à la haine ethnique, au racisme ignominieux. Elle ne respecte pas les religions, à l’instar de son père dont elle a hérité ces orientations détestables.

Il suffit également de se souvenir de la manière dont elle a qualifié les joueurs de football de la sélection de France.

Dans la deuxième partie de sa tribune publiée ce jour sous le même titre dans Al-Jazirah, Khaled Al-Malek poursuit son violent réquisitoire contre Marine Le Pen, qui ignore, dans ses discours, l’art de la diplomatie. Par son ton provocateur, elle cherche à obtenir les voix de l’électorat français et à complaire aux racistes et xénophobes de tous bords, pour tenter d’atteindre la présidence. Une telle hypothèse sera extrêmement dangereuse pour l’histoire de la France, corrompra ses relations avec les autres Etats et portera préjudice à l’histoire de la France fondée sur la tolérance et la cohabitation avec les autres ethnies et religions.

Le Pen a eu recours à des procédés grossiers, des expressions sarcastiques, des propos abjects qui révèlent son idéologie et sa politique extrémiste malades. Elle oublie que les Français refusent le fanatisme, même s’ils croient en la liberté d’expression dans les limites permises. Ils refusent les surenchères à des fins électorales.

Marine Le Pen l’a emporté lors du premier tour. Toutefois, les électeurs français, soucieux de l’unité de leur pays, de sa stabilité et de ses constantes ne lui ont pas permis de confirmer cette victoire. Ils n’ont pas été dupes de ses slogans mensongers.

Marine Le Pen évoque de façon arrogante l’identité française, afin d’attiser les provocations contre tout Français n’étant pas d’origine française, précisément arabe et musulmane, à croire que les attentats perpétrés en France ne suffisent pas et qu’elle ambitionne de priver les minorités de leurs droits et inciter, à fortiori, lesdites minorités à réagir contre le danger qui les menace.

L’un des objectifs du FN, parti raciste nazi par excellence, est de sortir la France de la zone Euro, de l’OTAN, de l’espace Schengen, de se refermer sur elle-même, en empêchant les immigrés de s’y installer sous prétexte de protéger la culture et les traditions françaises et garantir ainsi les agenda du parti, notamment l’arrêt de la construction de mosquées, reflétant ainsi la haine qu’elle voue avec son parti aux Arabes et Musulmans.

Pour conclure, le journaliste reprend des déclarations du Président Hollande au sujet de Marine Le Pen.

* Al-Jazirah publie la tribune de M. Jasser Al-Jasser, intitulée : « Les héritiers de Hitler naissent aux Etats-Unis et en Europe ». L’auteur stigmatise cette vague xénophobe émergente aux Etats-Unis, en Europe et maintenant en Europe de l’Est. Cette vague de haine, focalisée en particulier contre les Musulmans, nous rappelle les années trente du siècle dernier, qui ont précédé le déclenchement de la seconde guerre mondiale.

Ces mouvements « popularistes » qui se développent actuellement en Occident ont trouvé dans les attentats terroristes criminels revendiqués par des groupes qui prétendent être musulmans, le combustible à leur machine propagandiste et le justificatif à leur islamophobie.

Cette expansion de mouvements extrémistes en Occident ne constitue pas uniquement une menace contre les Musulmans et les Etrangers non-Européens, mais aussi pour les Occidentaux en général, qui se remémorent les années 30, lorsque la haine et la racisme ont déclenché la guerre mondiale qui a causé la mort de millions d’Occidentaux.

* Al-JAzirah publie la tribune de M. Nasser Al-Sarami intitulée : « La France a également un visage extrémiste et dangereux ». En France, pays des lumières et de la civilisation humaniste, il existe une autre version dangereuse du fanatisme politique et moral, qui pourrait être bien plus dangereuse que celle de l’homme d’affaires américain, à savoir Marine Le Pen, dont les discours provoquent toujours une polémique.

En dépit des mises en garde du Président Hollande, il n’en demeure pas moins que son parti continue à attirer les électeurs et à marquer des victoires politiques.
Sa haine des autres (il ne faut pas oublier son discours envers la sélection de football) est la priorité de ses agendas. Son discours trouve malheureusement aujourd’hui un écho parmi les électeurs français, suscitant l’inquiétude et la peur des étrangers, notamment les Arabes et les Musulmans, qui prévoient un avenir sombre, dans l’hypothèse où elle accède à la magistrature suprême.

Force est de reconnaître que le terrorisme de Daech alimente et exacerbe l’extrémisme politique et le racisme, contribue au déploiement du fanatisme et permet aux organisations terroristes d’attirer de nouveaux cadres et de nouveaux membres, qui se sentent frustrés et isolés.

La propagation des idées de l’extrême-droite risque de provoquer une nouvelle confrontation avec les communautés musulmanes et d’augmenter ainsi le nombre de fanatiques. Le fanatisme politico-religieux s’autoalimente à travers le monde.
Certes, il faut compter sur un sursaut de conscience des Français qui croient dans la différence et la liberté mais ce néonazisme est une réelle menace pour la pluralité culturelle et religieuse.

* Quant à l’éditorialiste d’Okaz, il juge que l’échec de Le Pen est une victoire pour l’humanité. Personne n’a versé une larme sur sa défaite, car Marine Le Pen est une personnalité fasciste haïe de tous.

C’est un coup fatal assené par les électeurs français à la culture de la haine et de la xénophobie. Les Français ont réalisé, avant les autres, que la victoire de Le Pen signifiera la naissance d’un néonazisme en Europe qui menace non seulement les Arabes et les Musulmans, voire l’humanité.

* Arabie saoudite / Syrie / France / Etats-Unis  : Seul Al-Riyadh indique que le ministre saoudien des Affaires étrangères, M. Adel Al-Jubair, s’est réuni avec ses homologues américain, britannique et français, en marge de la réunion du Groupe de Paris qui se tient actuellement dans la capitale française. Ils ont passé en revue les derniers développements de la crise syrienne ainsi que les développements régionaux et internationaux.

M. AL-Jubair a présidé la délégation saoudienne à cette réunion, à laquelle participent également, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la France, l’Italie, l’Allemagne, la Turquie, Qatar, les EAU et la Jordanie.

II - AUTRES INFORMATIONS

* Arabie saoudite / Ouganda : La presse du 14 indique que le Roi a reçu le Président ougandais avec qui il a examiné les derniers développements régionaux et les relations bilatérales.

Le Président ougandais a également eu des entretiens avec le Prince héritier.

* Arabie saoudite / Libye : Le ministre saoudien des Affaires étrangères a présidé la délégation saoudienne à la réunion ministérielle internationale consacrée à la Libye qui s’est tenue à Rome.

Cette réunion, sous la co-présidence des ministres italien et américain des Affaires étrangères, a pour but l’élaboration d’une feuille de route en vue d’un règlement global en Libye, qui débute par la formation d’un gouvernement d’union nationale et l’élaboration d’un plan qui enraie le déploiement du terrorisme sur le territoire libyen (presse du 14/12)/

* Arabie saoudite / Irak  : Selon Al-Charq Al-Awsat du 14 décembre, citant des sources fiables, la mission diplomatique saoudienne se rend en Irak le 15 décembre afin de préparer le site de l’ambassade en vue de l’arrivée de l’ambassadeur dans une semaine.

Cette démarche intervient suite à la nomination d’un ambassadeur, après plus d’un quart de siècle de rupture des relations diplomatiques.

* Arabie saoudite / Economie / Budget  : Okaz cite une source selon laquelle le budget saoudien frôle les 700 milliards de riyals. Il sera orienté vers une rationalisation gouvernementale, une comptabilité minutieuse de toute dépense des ministères dans le cadre d’un programme complémentaire qui a pour but de transformer l’économie saoudienne d’économie pétrolière en économie diversifiée (Okaz).

* Arabie saoudite / Transports : Selon des statistiques officielles saoudiennes, le secteur des transports consomme environ 23% de l’énergie en Arabie, avec une flotte de 12 millions de véhicules qui consomment quotidiennement 811 mille barils. Cette consommation croissante s’explique par la hausse de la croissance démographique, estimée à 2,7% par an. L’Arabie compte actuellement 30 millions d’habitants. Selon les prévisions, cette croissance de la consommation va se poursuivre au cours de la prochaine décennie, d’autant que d’autres facteurs y contribuent, notamment le relief géographique et les distances qui séparent les villes et les villages. Le réseau routier saoudien s’étend sur 80 mille kilomètres. Les véhicules légers représentent 82% de l’ensemble de la flotte automobile dont 2,2 millions de voitures a plus de 20 ans d’âge. La flotte automobile pourrait atteindre plus de 26 millions de véhicules en 2030 et la consommation quotidienne d’essence et de diesel 1,860.000 barils (Al-Riyadh).

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 16/12/2015

Haut de page