Presse du 14 janvier 2015

Mots clés : France – Liban – Arabie / Palestine – Arabie / Economie.

Titres Généraux  :

Sharq Al Awsat : * Paris : Nous reconnaissons des failles dans le système sécuritaire. Nous ne sommes pas en guerre contre l’Islam.

Al Hayat : * La France est menacée. L’Europe craint des milliers de djihadistes.

Al Watan : * Soutien saoudien de 60 millions de dollars à la Palestine.

AL Riyadh  : * Le ministre des Finances : Nous cherchons à augmenter la contribution du secteur industriel au PNB dans une proportion de 20%.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* France  : Les deux journaux panarabes, Al-Hayat et Al-Charq Al-Awsat, consacrent encore des titres aux attentats en France et à la menace sécuritaire qui pèse.

La presse saoudienne quant à elle continue de publier les réactions de ses lecteurs ou de journalistes.

* Okaz publie la tribune de M. Hmoud Abou Taleb intitulée : « Pardon Paris ». Les attentats à Paris ne peuvent être considérés par toutes les religions et dans toutes les langues que comme des attentats contre l’humanité, contre l’Homme où qu’il soit, abstraction faite de toute autre considération. Dieu a interdit de tuer toute âme de sa création, par décision individuelle, quelle que soit sa situation. Certes, ce rassemblement de millions de personnes à Paris, auquel ont participé les chefs d’Etats –fait inédit- fut incontestablement un beau rassemblement.

Toutefois, avec tout le respect et toute l’estime dus à l’âme humaine, quelle que soit sa nationalité, le nombre des victimes de la tempête terroriste en France est inférieur à 20. Le monde s’est mobilisé pour elles. Les leaders occidentaux ont revu leurs calculs dans le dossier du terrorisme, suite à cet attentat, à croire qu’il s’agit du premier et du pire.

Non Messieurs ! Ne faut-il pas évoquer un nombre de morts nettement supérieur au Yémen, en Irak, en Libye, sans parler de la Syrie, qui est une exception tragique ?
Parlons de mon pays. Les tentatives terroristes ont fauché, en peu de temps, un nombre considérable de policiers et de citoyens, en dépit des exploits sécuritaires et des mesures prises.

Le Roi Abdallah a bien dit que si le monde ne traitait pas le terrorisme à l’aune du danger qu’il représente, il atteindrait l’Europe dans un mois et les Etats-Unis dans deux ou trois mois. Les attentats de Paris confirment que les déclarations de ce leader arabe sincère et loyal n’étaient pas le fruit de l’imagination ou une prédiction dans le marc de café. C’est une interprétation judicieuse et sage des répercussions de la situation, dans l’hypothèse où nous ne l’appréhendons pas avec un sens complet des responsabilités.

Le Roi Abdallah a depuis longtemps plaidé en faveur de l’ouverture d’un centre international de lutte contre le terrorisme. Toutefois, le chauvinisme et le narcissisme de certains pays -qui embrasent le feu sans être atteints par ses flammes- les ont poussés au laxisme. Ils ont préféré se boucher les oreilles plutôt que d’entendre la sonnette d’alarme. Voici le terrorisme, qui a fauché tant de vies à nos frontières, dans nos pays et hors de nos frontières dans tant de pays arabes, qui plante ses griffes dans la ville lumière, dans la capitale de la liberté. Les victimes sont toutes égales, ici ou là-bas.

Ô leaders du monde réunis à Paris, sachez que les cravates noires, les larmes de douleur, les mains entrelacées ne réprimeront pas le terrorisme. Quelle que soit l’efficacité de la riposte sécuritaire, elle sera vaine face à des individus qui rêvent de la mort et qui la cherchent par tous les moyens. La lutte contre le terrorisme ne sera efficace que lorsque l’équation sera claire pour vous, à savoir que ce dossier est le même dans les déserts arabes, dans les montagnes de l’Inde, dans la banquise du Caucase, dans les plaines et les fleuves d’Europe ou dans les villes des cow-boys, à Hollywood ou à Silicone valley. L’équité dans l’appréciation de la valeur de l’être humain est la clé de la solution.

Le jour de votre marche, nous nous sommes tenus à vos côtés. Nous avons marqué notre solidarité sur des bases humaines. Il vous faut revoir vos notions et vos appréciations de l’humanité, si vous êtes réellement sincère et résolus à écraser l’hydre terroriste, non pas pour vos patries mais en faveur de l’être humain où qu’il soit.

* Tareq Al-Homaid reprend dans le titre de sa tribune dans Al-Charq Al-Awsat une déclaration du Président Hollande : « Paris capitale du monde aujourd’hui ». Depuis les attentats du 7 janvier, le monde est différent. La France mènera la lutte contre le terrorisme, ce qui est une bonne nouvelle car elle est celle qui comprend le mieux la nature de la région, ses développements et tout ce qui a trait au terrorisme.

La France a toujours eu des positions claires contre le terrorisme, notamment au Mali et en Syrie ; elle a eu également des positions tranchées sur le dossier nucléaire iranien, ayant parfaitement conscience des dangers de ce dossier et du laxisme de l’Administration Obama à ce sujet. Elle réalise également l’ampleur de la menace des Houthis au Yémen et de la position iranienne en Irak.

Il est donc important de nouer une coordination urgente avec les Français à tous les niveaux, au sujet des agendas de la lutte contre le terrorisme qui seront évoqués notamment à l’occasion de la conférence convoquée par Washington.

Certes, les Français n’enverront pas de troupes au sol comme l’a fait Bush mais ils seront les principaux élaborateurs de la nouvelle carte de lutte antiterroriste. Il est indispensable de renforcer la coordination et la coopération avec eux, d’autant que leurs positions dans la région sont convergentes avec celles des sages. Il faut donc réagir car « Paris est effectivement la capitale du monde aujourd’hui ! »

* Dans son éditorial, Al-Watan évoque l’inquiétude européenne vis-à-vis du terrorisme et rappelle qu’il faut, en priorité, trouver un règlement politique équitable à tous les conflits dans le monde, qui sont des foyers attirant les groupes terroristes et les combattants étrangers. Toutefois, il faudra s’assurer que ces mesures ne seront pas une pierre d’achoppement sur la voie du commerce international et des voyages. En effet, les mesures précédentes ont eu un effet négatif sans pour autant atteindre un objectif concret dans le domaine de la lutte antiterroriste.

* Al-Riyadh publie la tribune libre de Mazen Al-Sudairy, ancien étudiant en France, qui aborde les bonnes relations qui lient les communautés juives et arabes en France. Il évoque son expérience à Paris, ville où se mêlent les deux communautés de façon étroite d’autant que de nombreux Juifs sépharades de France, d’origine maghrébine, cohabitent avec les Musulmans, sans aucun problème, et partagent souvent les mêmes coutumes. Les relations de la France avec les Musulmans et les Juifs est une relation historiquement forte : toutefois, des causes politico-économiques ont modifié les donnes (que l’auteur développera dans un prochain article).

* Okaz fait l’éloge dans son éditorial de la condamnation, par le Conseil des ministres, des attentats odieux perpétrés en France et qui nuisent à l’image de l’Islam et des Musulmans.

II - AUTRES INFORMATIONS

* Liban  : Dans une tribune politique, Okaz évoque les attentats terroristes perpétrés à Tripoli au Liban et rappelle que les conséquences des atteintes à la sécurité et à la stabilité du Liban concernent l’ensemble de la région. Il est essentiel d’aider ce pays à lutter contre les terroristes. Le Liban pâtit suffisamment de ses polarisations et conflits internes qui ont bloqué les institutions constitutionnelles et exécutives. Il est dans l’intérêt de tous de soutenir le Liban.

* Arabie saoudite / Palestine  : L’ambassadeur d’Arabie auprès de l’Egypte et délégué permanent auprès de la Ligue arabe a annoncé que le Fonds saoudien de développement a transféré 60 millions de dollars au compte du ministère palestinien des Finances. Il s’agit de la contribution mensuelle de l’Arabie au budget palestinien.

* Arabie saoudite / Economie : La presse rend compte de l’ouverture hier à Riyad, du forum de développement industriel dans les zones prometteuses, en présence notamment du Président sud-coréen et de nombreux ministres et responsables.

Alors que le ministre saoudien du Commerce et de l’Industrie, Dr Tawfiq Al-Rabiha, a révélé que les Saoudiens investissent un trillion de riyals dans 6800 usines, le ministre des Finances, Dr Ibrahim Al-Assaf, a pour sa part indiqué qu’il existe des commissions chargées d’étudier le blocage des projets gouvernementaux, dont une commission du Cabinet royal. Ce retard est imputable à diverses raisons, dont notamment des sites indisponibles ou la non-qualification des entrepreneurs. Le gouvernement a entrepris de nombreuses initiatives pour développer la stratégie industrielle, laquelle a enregistré une croissance de l’ordre de 6,5% cette année. Le budget de l’Etat pour 2015 a surmonté les défis induits par la baisse des cours du pétrole. L’Arabie n’épargnera d’ailleurs aucun effort pour contenir ces défis.

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 14/01/2015

Haut de page