Presse du 14 mars 2016

Mots clés : Arabie / Etats-Unis – Arabie / Liban / Hezbollah – Arabie / Terrorisme – Yémen – Arabie / Irak.

Titres Généraux :

Al Watan : * Al-Rweili est sorti du centre de réhabilitation et a dirigé deux attentats contre des mosquées.

Al Hayat : * Turquie : Des dizaines de victimes dans l’attentat qui a frappé en plein cœur d’Ankara.

AL Riyadh  : * Les dirigeants présentent leurs condoléances au Président turc pour les victimes des attentats d’Ankara.

Al Jazirah : * Le ministère de l’Intérieur : sanctions renforcées contre tout membre ou sympathisant du Hezbollah.

Sharq Al Awsat : * L’émissaire onusien Ismael Oueld Cheikh Ahmed dans la région et envisage le transfert des négociations du Yémen vers un pays arabe.

Okaz  : * Kerry met Assad en garde : Ne mettez pas notre patience à l’épreuve.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Arabie saoudite / Etats-Unis  : La revue américaine « The Atlantic » a publié un long récit sur le Président Obama et sa perception de la politique étrangère sous le titre « The Obama doctrine ». A la suite de cet article, de nombreux media arabes ont indiqué qu’Obama attaque l’Arabie et déteste les Arabes.

* Dans sa tribune dans Al-Charq Al-Awsat, Tareq Al-Homaid, juge que cette doctrine confirme qu’Obama vit dans une bulle. C’est un intellectuel et non un politicien, c’est un rêveur qui lit des romans et non l’histoire et la politique. Nul n’a échappé aux critiques d’Obama hormis l’Iran et la Russie. C’est un homme imbu de lui-même, qui rêvait de voir Wael Ghonaim devenir Président de l’Egypte et qui considère que Daech ne représente pas un danger interne pour les Etats-Unis. Il a fustigé les sociétés arabes et les Européens et doute de ses plus proches collaborateurs.

L’article paru dans « The Atlantic » confirme que cet homme vit dans sa bulle et s’en prend à tous avant son départ. Son administration tente de le justifier afin de contenir les conséquences de ses idées non-diplomatiques, voire non-politiques.

* Le Prince Turki Al-Faysal s’en prend également à Obama dans une tribune publiée dans Al-Charq Al-Awsat, en rappelant à Obama que les Saoudiens n’exploitent pas les autres pour atteindre leurs objectifs. Ce sont eux qui ont contribué, grâce à leurs renseignements, à épargner des attentats meurtriers aux Etats-Unis, ont formé la coalition de lutte contre Daech, entraînent et soutiennent les Syriens libres, combattent le grand terroriste Bachar Assad, apportent un soutien militaire, politique et humanitaire au peuple yéménite afin qu’il récupère son pays dont se sont emparé les milices houthies criminelles, ont formé une coalition militaire de plus de 30 pays musulmans pour combattre toutes les formes de terrorisme à travers le monde. L’Arabie est le plus grand bailleur de fonds des activités humanitaires au profit des réfugiés syriens, yéménites et irakiens, combat les doctrines extrémistes qui tentent de prendre l’Islam en otage, est le seul pays à financer le centre de lutte antiterroriste aux Nations unies, envoie des milliers d’étudiants dans les universités américaines, accueille sur son sol plus de trente mille Américains percevant des salaires élevés.

« Vos ministres des Affaires étrangères et de la Défense ont publiquement salué, à maintes reprises, la coopération bilatérale. Votre Secrétaire au Trésor a fait l’éloge des mesures prises par l’Arabie pour juguler tout financement qui pourrait parvenir aux terroristes. Vous avez rencontré le Roi Salman et avez confirmé à cette occasion la nécessité de lutter contre les activités iraniennes destructrices. Et maintenant, vous vous retournez contre nous et nous accusez d’attiser le conflit confessionnel en Syrie, au Yémen et en Irak ; vous aggravez la situation en nous appelant à nous associer à l’Iran dans la région, alors que vous l’aviez qualifié de terroriste ».

Ces propos sont-ils inspirés par votre mécontentement envers le soutien de l’Arabie au peuple égyptien qui s’est rebellé contre le gouvernement des Frères musulmans que vous avez soutenu ou du coup de gueule du Roi Abdallah qui avait clairement fait savoir qu’il n’y avait pas de ligne rouge avec l’Arabie ? Ou votre bienveillance à l’égard de l’Iran vous pousse-t-elle à ne pas distinguer une amitié vieille de plus de 80 ans d’un régime iranien qui ne cesse de vous taxer de grand Satan et ennemi, finance et arme les milices confessionnelles dans le monde arabo-musulman, héberge les chefs d’Al-Qaeda et empêche l’élection d’un Président au Liban ?

Non Monsieur le Président, nous ne sommes pas ceux qui exploitons les autres pour parvenir à leurs fins. Nous acceptons l’erreur et la corrigeons. Nous continuerons à considérer le peuple américain comme notre allié !

* Al-Riyadh consacre également son éditorial à « Obama qui anticipe l’histoire » et espère une « paix froide » entre l’Iran et l’Arabie. Or, l’Arabie aspire à cette paix dont les éléments et les fondamentaux n’existent pas en Iran.
Il souhaite également que les deux pays parviennent à un partage d’influence. Or, le projet de l’Iran n’est pas un projet politique mais un projet belliqueux fondé sur l’exclusion et le refus.

Il n’est guère surprenant de voir le Président Obama défendre sa politique à la fin de son mandat. Or, celle-ci, bien qu’il soit prématuré de la juger, a révélé la confusion et la mauvaise lecture de la réalité du legs laissé par les politiques de Bush.
Obama est entré dans l’histoire en tant que premier Président d’origine africaine. Mais eu égard à la période historique que traverse le monde arabe et dont les équilibres ont été bouleversés, il aurait fallu un homme qui fasse l’histoire et non pas qui y entre.

* Dans Okaz également, Fahim Al-Hamed fustige Obama et ses récents propos tenus au magazine « The Atlantic ». Le journaliste attribue la dégradation de la situation en Syrie et en Irak à la négligence d’Obama et à son laxisme, alors qu’il aurait pu agir et régler la situation prématurément.

Obama, qui disculpe l’Iran et accuse l’Arabie de soutenir le fanatisme dans la région et dans le monde, omet que cette dernière a été l’un des premiers pays à lutter contre le terrorisme sur la scène interne et a coopéré avec la communauté internationale dans ce but.

A-t-il également oublié les déficiences de son Administration qui ont permis à Daech de se déployer et de s’afficher comme puissance militaire menaçant la région ?
Force est de reconnaître qu’Obama fait ses adieux à la politique. La nouvelle Administration va réorganiser ses cartes pour gérer le chaos et le laxisme légués par Obama dans la région. Celle-ci paie le prix des erreurs d’Obama et de son manque d’appréciation. La créativité dans la gestion des dossiers chaud a totalement fait défaut au Président américain sortant, prisonnier de la reproduction de méthodes traditionnelles en l’absence d’une stratégie claire et exhaustive.

* Arabie saoudite / Liban / Hezbollah : Toute la presse saoudienne relaie les déclarations d’une source saoudienne responsable au ministère de l’Intérieur, mettant en garde les citoyens et les étrangers, contre des sanctions renforcées envers toute personne qui soutient le Hezbollah, manifeste une appartenance à ce parti, affiche sa sympathie, le promeut, effectue des dons en sa faveur, communique avec lui ou héberge ses membres, conformément à la loi sur les crimes et le financement du terrorisme. Tout étranger accusé sera extradé.

Les pays du Golfe ont décidé de considérer le Hezbollah comme organisation terroriste et prendront les mesures nécessaires pour la mise en œuvre de cette décision, conformément aux lois de lutte antiterroriste et les lois internationales pertinentes.

* Arabie saoudite / Terrorisme : Toute la presse consacre ses titres à l’arrestation du terroriste impliqué dans deux attentats contre des mosquées dans la région d’Al-Ihsa.

Dans un communiqué diffusé hier, le porte-parole du ministère de l’Intérieur, le Général Mansour Al-Turki, indique que suite à des opérations intensives et élargies, le recherché Sweilem Al-Rweili a été identifié dans la région d’Al-Jouf, au Nord de l’Arabie. Il était caché chez l’un de ses complices du groupe d’égarés avec une femme prénommée Bannan Issa Hilal, ayant disparu du domicile familial depuis plus de 18 mois. Celle-ci a tenté de résister lors de la perquisition en brandissant un fusil mitrailleur devant les forces de sécurité mais a été tuée au cours des accrochages. Selon son registre d’Etat-civil, elle est déjà mariée à un combattant qui se trouve à l’étranger. Le recherché arrêté a prétendu l’avoir épousé pour quelques mois.
Le ministère de l’Intérieur confirme qu’il continuera à poursuivre les recherchés dont les noms figurent sur toutes les listes et met en garde contre toute collusion avec eux, en offrant une récompense de 5 millions de riyals à toute personne qui fournirait des informations menant à leur arrestation.

II - AUTRES INFORMATIONS

* Yémen  : L’émissaire onusien pour le Yémen, Ismael Oueld Cheikh Ahmed, est revenu dans la région afin de préparer un nouveau round de pourparlers de paix yéménites. Selon des sources politiques yéménites, il serait porteur de propositions aux protagonistes yéménites au sujet du lieu et de la date de la tenue des concertations. Celles-ci, toujours selon la source, pourraient avoir lieu à la fin du mois au Koweït ou en Jordanie.

Par ailleurs, Dr Abdul Aziz Al-Owaicheq, Secrétaire général adjoint du C.C.G. pour les affaires politiques et les négociations, a indiqué lors d’une conférence de presse donnée avec le ministre du plan et de la coopération internationale au Yémen, en marge d’un atelier de travail à Riyad consacré à la reconstruction, que « les pays du Golfe sont résolus à s’engager dans la reconstruction du Yémen, d’autant que le gouvernement yéménite est décidé à accorder la priorité à cette reconstruction ».

* Arabie saoudite / Irak : Le Président du Parlement irakien entamera aujourd’hui une visite en Arabie en compagnie de certains parlementaires, en réponse à l’invitation du Président du Conseil de la Choura.

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 14/03/2016

Haut de page