Presse du 1er décembre 2015

Mots clés : Conseil des ministres – France / COP 21 – Arabie / Grande-Bretagne / Terrorisme – Syrie – Arabie / Yémen – Arabie / Espagne – Arabie / Oman – Arabie / Economie.

Titres Généraux :

Al Hayat : * Obama reconnaît la responsabilité des Etats-Unis dans le dérèglement climatique dans le monde.

AL Riyadh : * L’Arabie exprime son inquiétude face à la recrudescence du discours haineux et raciste contre les réfugiés et confirme la poursuite de la guerre antiterroriste.

Okaz  : * Riyad appelle à l’éradication du terrorisme et à la lutte contre ses bailleurs de fonds.

Al Jazirah : * Une source responsable du MAE : Le Royaume est l’un des fondateurs de la coalition internationale de lutte contre DAech.

Sharq Al Awsat  : * 65 invitations à l’opposition syrienne pour assister à la conférence de Riyad.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Conseil des ministres : Le Roi a présidé la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue au palais Al-Yamama à Riyad. Il a informé les ministres des résultats de son entretien téléphonique avec l’Emir du Koweït et de ses audiences aux Chefs des Conseils de la Choura et parlements des pays membres du C.C.G. et au ministre autrichien des Affaires étrangères.

L’Arabie a exprimé son extrême inquiétude face à la recrudescence du discours haineux, raciste et inhumain envers les réfugiés en général et les Musulmans en particulier. Elle réitère son appel aux Etats, aux organisations humanitaires, aux organisations de la société civile, aux media, pour renoncer à ce discours raciste, contribuer à renforcer la conscientisation afin d’assurer les aides et la protection nécessaires aux exilés et aux réfugiés qui fuient les autorités tyranniques de leurs pays et les organisations terroristes.

Le Royaume condamne et dénonce les attentats odieux perpétrés en Egypte, en Libye et en Tunisie et présente ses condoléances aux familles des victimes et aux gouvernements et souhaite un prompt rétablissement aux blessés. Il rappelle qu’il est essentiel de redoubler les efforts internationaux pour éradiquer ce fléau dangereux qui vise la sécurité et la stabilité à travers le monde.

Les ministres ont fait l’éloge des résultats de la 34ème réunion des ministres de l’Intérieur des pays du C.C.G., qui s’est tenue à Doha ainsi que des propos du Prince Mohamed bin Nayef qui a souligné l’importance d’une coopération internationale plus sérieuse et plus efficace face au terrorisme, d’un traitement de ses causes et d’une lutte féroce contre ses bailleurs de fonds. Il ne faut pas exploiter les terroristes pour porter préjudice à une religion, à une ethnie ou à une oumma.

Ils ont également salué les résultats de la 4ème réunion de la commission gouvernementale mixte saoudo-russe pour la coopération commerciale, économique, scientifique et technique qui s’est tenue à Moscou et à l’occasion de laquelle les participants ont souligné l’importance du renforcement de la coopération. A cette occasion, une quinzaine d’accords dans divers domaines ont été signés.

Au plan local, l’Arabie souligne sa détermination à poursuivre et à lutter contre les actes terroristes par tous les moyens disponibles. Les ministres ont fait l’éloge du communiqué du ministère de l’Intérieur citant les noms de responsables et de chefs du Hezbollah ainsi que des groupes qui travaillent pour le compte du parti.

Ils se sont félicités de la hausse des exportations non-pétrolières qui ont atteint 200 milliards de riyals, ce qui reflète le soutien et les facilités accordés par le gouvernement aux hommes d’affaires et aux sociétés nationales.

Le Conseil des ministres a donné son accord aux statuts des associations et des fondations privées dont le but est de développer l’action civile et de renforcer la contribution citoyenne à la gestion de la société.

* France / COP 21 : Seul Al-Hayat consacre son titre aujourd’hui à la Cop 21,et reprend l’aveu du Président Obama qui admet la responsabilité des Etats-Unis dans le dérèglement climatique dans le monde.

Les dirigeants se sont engagés à déployer un maximum d’efforts pour parvenir au premier accord contraignant de lutte contre le réchauffement climatique.
Cette COP 21 a été l’occasion d’organiser de mini-sommets bilatéraux, dont le plus remarquable est certainement celui qui a réuni les Présidents Obama et Poutine, au cours duquel ils ont évoqué les dossiers syrien et ukrainien.

Dans son titre en première page, Al-Charq Al-Awsat met l’accent également sur le volet politique de la Cop21 en indiquant que « le rapprochement entre Obama et Poutine à Paris se heurte au différend sur la Syrie ».

Michel Bounajem cite des sources diplomatiques de haut rang à Moscou selon lesquelles les deux Présidents auraient confirmé pratiquement ce qui a été convenu lors de la dernière réunion ministérielle de Vienne au sujet du « règlement politique ».
Il évoque également le projet d’accord auquel tentent de parvenir les Chefs d’Etat et de gouvernements, projet qui comprend 1200 articles qui nécessitent d’être débattus avant d’être signés. C’est ce qui reflète l’ampleur de la tâche qui attend non pas les Chefs mais les milliers de négociateurs qui resteront au Bourget jusqu’au 11 décembre, espérant voir la « fumée blanche » s’en échapper.

Il relaie également, à l’instar des autres journaux, de larges extraits des discours des Présidents Hollande et Obama ainsi que du Secrétaire général des Nations unies.

* La presse saoudienne relaie de très larges extraits de l’allocution du ministre saoudien du Pétrole, Ali AL-Nouaimy, qui a présidé la délégation de son pays. Il indique notamment que l’Arabie a l’intention d’investir dans le développement et la mise en œuvre des techniques de la compétence énergétique, en mettant particulièrement l’accent sur les études et les inventions dans le domaine des énergies propres, et ce afin de relever le défi du changement climatique.

* Al-Jazirah publie la tribune quotidienne de Jasser Al-Jasser, intitulée : « Paris défie le terrorisme par la présence de 150 chefs d’Etat et de gouvernement ». Le journaliste évoque les mesures de sécurité prises par la France pour assurer le bon déroulement de cette conférence universelle, en particulier après les attentats terroristes qui ont secoué Paris. Celle-ci retrouve ainsi son rôle civilisationnel et redevient un pôle d’attraction des grandes manifestations internationales.

(…) Force est d’admettre que cette conférence qui se tient aujourd’hui à Paris et dont les négociations vont durer plusieurs jours, représente un réel défi au terrorisme que la capitale française tient à relever après avoir obtenu la solidarité internationale, exprimée par la présence de ce nombre considérable de personnalités et de délégations. Il est désormais incontestable que le duo terrorisme et destruction du climat sont les deux grandes menaces contre l’humanité et le globe terrestre.

* Arabie saoudite / Grande-Bretagne / Terrorisme : Une source responsable au MAE saoudien a indiqué hier que l’Arabie est considérée comme l’un des pays fondateurs de la coalition internationale de lutte contre Daech en Syrie et en Irak et l’un des premiers pays à avoir participé activement aux opérations militaires contre cette organisation en Syrie. C’est sur ces bases, que l’Arabie exprime son soutien à l’intensification des efforts de la coalition, y compris l’élargissement à la participation de la Grande-Bretagne aux opérations militaires (Al-Hayat).

* Syrie  : La coalition nationale syrienne des forces de la révolution et de l’opposition a annoncé hier avoir reçu une invitation officielle de l’Arabie pour assister à la conférence qui aura lieu à Riyad. Elle examine actuellement la formation d’une délégation unifiée de l’opposition qui sera chargée de négocier avec le régime. La date de la conférence n’a pas encore été officiellement fixée, bien que des sources prévoient qu’elle puisse débuter le 7 ou le 11 décembre.

Ahmed Ramadan, membre de la coalition, a révélé que l’Arabie a convié 65 opposants syriens à assister à cette conférence.

Une source a indiqué que 12 factions armées, comprenant plus de 100 mille combattants, ont également été conviées, dont chacune sera représentée par au moins une personnalité.

* Daoud Al-Charayan intitule sa chronique dans Al-Hayat : « L’appel à une guerre confessionnelle » et fustige les appels lancés par des Sénateurs américains en faveur de la « formation d’une force de cent mille soldats étrangers, essentiellement du monde sunnite, ainsi que des Américains pour combattre Daech en Syrie. Selon eux, les Sunnites réussiront à s’emparer d’une partie de la Syrie dans laquelle ils seront bien accueillis » après l’expulsion de l’organisation. C’est là qu’est le piège.

En effet, cet appel déjà évoqué par Kerry début septembre, a pour but de verser de l’huile sur le feu syrien, d’exacerber les tensions entre les Arabes, sous couvert confessionnel. De surcroît, ces forces arabes deviendront incontestablement le témoin du partage de la Syrie et consacreront le conflit confessionnel régional. L’Iran et ses alliés exploiteront cette ingérence pour une escalade de la guerre intercommunautaire.

L’entrée de forces arabes dans ce conflit a pour but d’entrainer les Arabes dans une guerre confessionnelle qui pourrait durer des décennies et les contraindre à accepter le fait accompli, à savoir le partage de la Syrie. Toute guerre arabe sur le terrain décuplera les conséquences terribles prévues et risque d’étendre le terrorisme à toute la région.

II - AUTRES INFORMATIONS

* Arabie saoudite / Yémen : L’Arabie a annoncé hier que ses forces ont réfréné une tentative d’infiltration d’éléments ennemis via les frontières sud avec le Yémen. Des échanges de tirs ont eu lieu avec les infiltrés, selon les déclarations du porte-parole du ministère de l’Intérieur, qui ont causé la mort de trois gardes-frontières saoudiens.

* Arabie saoudite / Espagne : Le Roi Salman a reçu hier l’ancien Roi d’Espagne Juan Carlos, arrivé en Arabie.

* Arabie saoudite / Oman : Le Prince Mohamed bin Nayef, Prince héritier et ministre de l’Intérieur, a reçu son homologue omanais et a évoqué avec lui la coopération bilatérale et les moyens de la renforcer au plan sécuritaire.

* Arabie saoudite / Economie : Hussein Shobokshi intitule sa tribune dans Al-Charq Al-Awsat : « De l’économie et de la réflexion ». A ceux qui s’imaginent que l’économie saoudienne redeviendra ce qu’elle était, je dis que vous vous faites des illusions. Force est d’admettre qu’il s’agissait d’une situation exceptionnelle qui n’était pas vouée à perdurer. Mais l’important aujourd’hui, est d’appréhender la phase future avec sérieux, eu égard au fait que c’est une phase appelée à se prolonger.
L’Arabie doit procéder à une restructuration réformatrice de ses bases économiques, à la diversification de ses sources de revenus. Il semblerait qu’il y ait également une tendance réelle à la libération et l’ouverture des marchés pour attirer les investissements internationaux, et l’ouverture vers des secteurs prometteurs, tels la métallurgie, les secteurs financiers, le pèlerinage et la omra.

Il est de notoriété publique qu’une large frange de la population est extrêmement préoccupée par la baisse des cours du pétrole, d’autant qu’elle réalise dans quelle mesure le pays en est tributaire. Or, force est d’admettre aujourd’hui que l’ère des cours élevés est désormais bel et bien révolue et il est impensable qu’ils reviennent aux taux passés. L’Etat doit relever un défi de taille, celui des 40% de la population qui a moins de 25 ans. Alors qu’ils quêtaient tous un emploi dans la fonction publique, c’est aujourd’hui quasiment impossible de l’obtenir compte tenu des restrictions budgétaires à l’ordre du jour. Le défi est donc de trouver aujourd’hui un mécanisme efficace qui crée des emplois mais aussi d’avoir recours à la pensée et à la réflexion. En effet, s’imaginer que dérouler le tapis rouge suffira à attirer les investisseurs étrangers est une pure utopie. Il est essentiel de se débarrasser de la bureaucratie et de la routine qui limitent, voire obstruent, les opportunités d’accès au marché saoudien.

Il est inadmissible, à compter d’aujourd’hui, que la vision future de l’économie comporte les obstacles et les complications de l’ère au cours de laquelle l’Arabie pouvait en assumer les conséquences.

Les temps ont changé. Les circonstances également. Les défis et les enjeux sont différents. C’est là que se trouve le dilemme de la « pensée et de la réflexion » qu’il faut changer.

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 01/12/2015

Haut de page