Presse du 1er et 2 juin

Mots clés : Elections européennes – Syrie – Elections égyptiennes – France / Arabie / IMA – Arabie / Etats-Unis – Arabie / Iran – C.C.E.A.G. – Arabie / Etats-Unis / Justice – Arabie / Informatique / Société / Religion – Arabie / Emplois.

Titres Généraux :

AL Riyadh  : * Le ministre saoudien de l’Intérieur reçoit le Secrétaire américain à la Sécurité.

Al Jazirah : * La direction du trafic routier : Pas d’instructions pour accorder des permis de conduire aux femmes ; en cas d’accident, elles subissent les sanctions prévues par les règlements.

Sharq Al Awsat : * L’Iran et le Koweït signent six accords pour renforcer leur coopération.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Elections européennes : Al-Riyadh intitule son éditorial : « Montée du racisme lors des élections européennes ». L’éditorialiste retrace l’histoire du racisme dans le monde, particulièrement marquée lors des deux guerres mondiales, lesquelles ont entraîné la révision de ce concept pour affirmer que tous les hommes sont égaux.

(…) Les élections européennes ont induit une montée des partis nationalistes extrémistes qui se sont adressés aux populations en refusant l’immigration, en appelant à la renonciation à l’U.E.. Les idées des néofascistes ont progressé, sur fond de mauvaises gouvernances, de ralentissement de la croissance économique et de crise monétaire.
Voisins de l’Europe, force est d’admettre selon de nombreux indices apparus notamment en France, que les Arabes et les Musulmans sont en tête des listes de l’épuration ethnique et risquent de devenir des cibles privilégiées, en particulier si les taux des extrémistes continuent d’augmenter et de galvaniser la rue européenne. Les racines de la crise ne plongent pas uniquement dans la situation politico-économique. Le progrès de l’Est de l’Asie constitue également l’obsession et la crise. Les relations entre les deux alliés européens et américains se sont distendues au point d’une crise. Mais la situation avec le monde arabe ne pourra rester calme ou neutre si l’Europe demeure la source des crises.

C’est l’Europe qui a créé Israël, qui a induit le complexe historique d’un conflit éventuel entre l’Islam et la civilisation européenne. Elle a interprété la réalité et les mutations de la région en dépeignant une image négative héritée au fil du temps. Même dans la gestion de la politique mondiale, la présence européenne est celle d’un suivisme des Etats-Unis, preuve en est la crise nucléaire iranienne, le problème ukrainien, la montée de l’étoile russe.

La droite européenne a démontré que la démocratie, les droits des peuples et les lois confirmant les principes d’égalité et de lutte antiraciste, n’étaient qu’une couverture à une inimitié profondément enfouie dans les sentiments généraux.

Les débuts peuvent entraîner des fins grave. Nous faisons face à un raz-de-marée raciste poussé par un courant populiste aveugle. La situation sera pénible si cette théorie s’accompagne de futurs différends.

* Syrie  : L’éditorialiste d’Al-Watan s’interroge dans l’édition du 1er juin, sur des alliances occultes en Syrie, compte tenu du comportement de Daech qui est pire que celui du régime. Il semblerait qu’une entente occulte soit intervenue entre eux pour affaiblir l’opposition modérée.

Les exactions de Daech dans les zones qu’il contrôle sont inhumaines. Quant au régime, selon les rumeurs, il semblerait qu’il s’abstienne de bombarder les régions où se trouvent les éléments de ladite organisation.

L’Iran, la Russie, le Hezbollah et autres milices soutiennent le régime ouvertement, et la crise s’aggrave. L’opposition modérée syrienne est orpheline et ne bénéficie que d’un soutien imperceptible.
C’est pourquoi, il faut désormais une décision courageuse au Conseil de sécurité, qui ne pourra être soumise au veto pour mettre un terme à la violence et accepter la solution pacifique, tout en formant un gouvernement transitoire et en unissant les rangs de l’armée nationale pour débarrasser le pays de Daech et comparses. Dans le cas contraire, il n’existe aucune possibilité de sauver les Syriens à terme.

* Elections égyptiennes : Tareq Al-Homaid consacre sa tribune dans Al-Charq Al-Awsat aux élections égyptiennes, à la victoire de Sissi et au tri de ses partisans, en particulier dans le monde arabe.
D’aucuns pensent que du moment que Sissi a pris position aux côtés de l’armée égyptienne, il faut donc qu’il en fasse de même avec l’armée syrienne. Il y aura, nécessairement, un tri d’opéré entre les partisans arabes de Sissi, d’autant que l’animosité envers les Frères musulmans les réunissait.

Il est primordial de faire la distinction entre les cas syriens et égyptien. Soutenir Sissi ne signifie en aucun cas soutenir Assad. Il est impossible de les comparer car la différence est abyssale entre eux. Sissi a protégé l’Egypte et les Egyptiens alors qu’Assad a détruit son pays et assassiné son peuple.

* L’éditorialiste d’Al-Charq Al-Awsat évoque pour sa part la troisième république en Egypte. Celle-ci doit désormais achever la formation des institutions. La troisième échéance prévue sur la feuille de route, mise en place au lendemain de l’éviction des Frères musulmans, concerne l’élection du Parlement.

L’optimisme ambiant dans la rue égyptienne est ostensible, ainsi que la confiance accordée à Sissi. Toutefois, les charges qui pèsent sont lourdes et il incombe à tous de contribuer au sauvetage du navire.
Le peuple égyptien attend désormais de nouvelles politiques et des plans sérieux et radicaux pour faire face au problème économique et se soustraire enfin aux anesthésies passées.

Le Président Sissi a de nombreux défis à relever, en priorité la lutte contre le terrorisme. Quant à l’économie, elle reste la principale préoccupation et la plus complexe.

* Quant à Abdul Rahman Al-RAched, il rappelle que tout Président égyptien entré au palais présidentiel a dû faire face à une multitude de difficultés. Celles de Sissi seront les plus graves qu’ait jamais connu ses prédécesseurs : assurer la sécurité, lutter contre les provocations des Frères musulmans, assurer au citoyen son pain, un emploi et l’accès aux soins et enfin recouvrer le rôle politique régional de son pays.

Il ne faudra donc pas qu’il permette aux Frères musulmans et à d’autres de le détourner de son but par les conflits politiques, d’autant que ceux-ci sont maîtres dans l’art de semer le chaos.

Il ne faudra pas oublier que Sissi est l’héritier de deux présidences, celle de Morsi et de Moubarak. Il faudra que l’Egypte réussisse car son succès est celui de tous. Elle pourra bénéficier du soutien arabe et international si Sissi réussit à convaincre qu’il est là avec l’assentiment de tous et pour faire coopérer tout le monde au pouvoir. Un sentiment de confiance et de quiétude dans le régime politique pourra générer un climat de changement positif.

II - AUTRES INFORMATIONS

* France / Arabie saoudite / IMA : Al-Charq Al-Awsat et Al-Riyadh consacrent de courts articles à l’exposition sur le pèlerinage qui se déroule actuellement à l’IMA, ayant attiré un nombre considérable de visiteurs et présentant des pièces du musée des Lieux saints.

* Arabie saoudite / Etats-Unis : Le ministre saoudien de l’Intérieur, le Prince Mohamed bin Nayef, a reçu à son Cabinet à Djedda, le Secrétaire américain à la Sécurité interne et la délégation qui l’accompagne. Ils ont évoqué les sujets d’intérêt commun.

* D’autre part, le ministre de la Garde nationale, le Prince Mitab bin Abdallah, a reçu hier à Djedda, le chef d’Etat-major des armées américaines, le Général Martin Dempsey, et la délégation qui l’accompagne. Ils ont évoqué les dossiers d’intérêt commun.

* Arabie saoudite / Iran : Le ministre iranien des Affaires étrangères a annoncé qu’il ne pourra répondre à l’invitation de l’Arabie dans le cadre de la réunion de l’OCI, en raison de « ses engagements dans les négociations nucléaires avec les grandes puissances qui se déroulent concomitamment » (Al-Hayat).

* C.C.E.A.G.  : Les ministres des Affaires étrangères du C.C.G. tiendront leur réunion régulière lundi à Riyad, dans le cadre des travaux de la 131ème session du conseil ministériel.
Le Secrétaire général a indiqué que les participants évoqueront les sujets examinés par les commissions ministérielles.

Une source fiable ajoute qu’ils aborderont les travaux de la commission ad hoc chargée du suivi de la mise en œuvre de l’engagement de l’accord de Riyad, du processus de passage à l’union, des recommandations relatives à la constitution d’un organisme spécialisé formé des pays membres ainsi que le dossier syrien.

* Dans son éditorial du 1er juin, Okaz estime qu’il est temps de régler les problèmes. (…) Il est certain que les efforts des ministres des Affaires étrangères et leur détermination à tarir tous les foyers de tensions qui attisent la situation et embrasent les crises sont appréciés. Il est temps de rétablir la stabilité dans toute la région et résoudre les différends qu’exploitent les ennemis et qui leur permettent de mettre en œuvre leurs plans malintentionnés pour nous entraîner tous dans la chute.

* Arabie saoudite / Etats-Unis / Justice  : La presse du 1er juin relaie l’allocution du ministre saoudien de la Justice devant le plus grand rassemblement juridique organisé par l’Union internationale des avocats à New York. Dr Mohamed Al-Issa, a notamment confirmé à cette occasion que les jugements rendus par la justice saoudienne se fondent sur le respect des textes islamiques. La justice en Arabie, bénéficie de plus en plus d’autonomie.

(…) Il faut que l’Occidental admette que l’Oriental a des spécificités morales et culturelles dont il est fier. Il faut accepter les différences culturelles afin de ne pas franchir le cadre de la sagesse objective dans les relations avec les autres. La fausse interprétation et l’unilatéralité des sources, l’ignorance de la diversité culturelle sont en réalité des problèmes importants dans certains rapports juridiques. En fait, conformément aux réalités, l’Arabie est l’un des Etats les plus rapides et les plus souples en matière de modernisation et de réformes du système judiciaire, comparativement à l’âge du pays.

* Arabie saoudite / Informatique / Société / Religion : Dr Fayez Al-Chehri, membre du Conseil de la Choura et chercheur dans le secteur des nouveaux media, a déploré amèrement le phénomène de propagation de la culture de l’athéisme, qu’il qualifie d’embarrassante. Elle est exploitée actuellement dans les milieux des jeunes ignorants pour remettre en cause les postulats, de façon extrêmement rusée. Le contenu païen et agnostique des réseaux sociaux est préoccupant.
Il a exprimé ses craintes de voir des parties ou des organisations areligieuses prendre pour cible les Musulmans sur les réseaux sociaux, dont des sites religieux qui attaquent violemment l’Islam et sapent les constantes sociales. Ils dirigent les débats de façon tellement adroite qu’ils peuvent remettre en question les croyances des jeunes (Al-Hayat, 01/06).

* Arabie saoudite / Emplois : Un rapport du Fond de développement des ressources humaines, « Hadaf », a dépeint un tableau noir de la situation des chercheurs d’emplois en Arabie : 78% d’entre eux n’ont aucune expérience professionnelle et 37% n’ont que l’équivalent du bac. 39% d’entre eux mettent cinq ans à trouver un emploi.

De son côté, le sous-secrétaire adjoint au ministère du Travail en charge des programmes spéciaux a révélé que le ministère a réussi à faire recruter plus de 65 mille Saoudiennes dans 13 mille boutiques pour femmes.

* Arabie saoudite / Culture / Sahwa : La mise en œuvre de la décision des autorités saoudiennes de retrait des ouvrages de deux prédicateurs, l’un Saoudien, Salman Al-Awdeh, et l’autre Koweïtien, Tareq Al-Sweidan, est devenue effective.

A titre d’exemple, la libraire « Jarir », a reçu une note de la Commanderie lui enjoignant le retrait « immédiat » des ouvrages concernés (Al-Hayat).

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 03/06/2014

Haut de page