Presse du 23 novembre 2014

Mots clés  : Nucléaire iranien – Visite du Prince MItab aux Etats-Unis – Sommet du C.C.G. à Riyad – Arabie / Société / Fanatisme – Arabie / Sécurité – Arabie / Conseil de la Choura / Société – Arabie / Emplois – Arabie / Société / Droits de l’Homme.

Titres Généraux :

AL Riyadh : * Le Roi examine avec le Roi du Maroc les derniers développements internationaux.

Al Hayat : * « Un fossé important » et des chances « ridicules » pour parvenir à un accord nucléaire demain.

Sharq Al Awsat  : * Le Conseiller du ministre Zarif : Un échec sur l’accord nucléaire constitue un danger régional et international.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Nucléaire iranien : Le Secrétaire américain John Kerry a rencontré son homologue saoudien à Paris, le Prince Saoud Al-Faysal.

Le conseiller du ministre iranien des Affaires étrangères a, pour sa part, indiqué que « des efforts sont déployés afin de parvenir à des solutions. Des activités intensives sont menées par Kerry, d’autant que l’échec des négociations renforcera incontestablement les extrémistes des deux bords et induira davantage de chaos et de dangers régionaux et internationaux ».

Michel Bounajem évoque, dans Al-Charq Al-Awsat, les quatre lignes rouges pour la France pour accepter un accord nucléaire final avec l’Iran.

La diplomatie française réitère « qu’elle veut être la gardienne du temple. Elle veut un accord final avec l’Iran mais pas n’importe lequel. Elle veut également des garanties suffisantes au sujet de tous les détails ».

Suite à l’expérience de l’an dernier, toutes les parties veulent désormais « s’assurer de la position de la France », selon un diplomate européen. Or il semble évident que Kerry a appris la leçon, après avoir tenu deux réunions importantes, l’une avec son homologue saoudien et l’autre avec le ministre Fabius.

Une source diplomatique européenne indique « qu’il existe une harmonie entre Paris et Riyad qui constituent un axe attaché d’une part, à une solution politique au problème nucléaire iranien, mais qui d’autre part, veut être totalement certain que Téhéran ne deviendra pas une nouvelle puissance nucléaire dans la région ou ne sera pas susceptible de contourner les clauses de l’accord ».

La source a souligné que l’adhésion de Téhéran au club nucléaire signifie la « fin » du TNP et le lancement d’une course à l’armement nucléaire dans le Golfe et au Moyen-Orient. Pour sa part, l’Arabie considère « qu’une telle évolution signifie un changement stratégique fondamental et une redistribution des cartes » dans le Golfe et dans l’ensemble de la région.

Paris sait que les vraies négociations se déroulent entre Kerry et Zarif. C’est ce qui s’est passé la semaine dernière à Mascate et c’est ce qui s’était passé en 2013. Mais Paris réalise qu’elle détient une série de cartes qu’elle peut jouer pour entraver un accord insatisfaisant à ses yeux ou ne répondant pas à toutes les conditions imposées. En outre, la levée des sanctions imposées à l’Iran, tant au niveau européen qu’au niveau du Conseil de sécurité, nécessite une nouvelle résolution que la France peut bloquer.

Mais le sentiment ambiant actuellement à Paris est celui d’une étroite coopération et coordination avec les Etats-Unis, qui y réagissent positivement. Preuve en est que Kerry a indiqué à Vienne qu’il « soutient » les 4 principaux points soulignés par son homologue français pour parvenir à un accord définitif. Ce sont les lignes rouges suivantes : une diminution sensible des capacités iraniennes d’enrichissement de l’uranium ; le renforcement des opérations de contrôle et de vérification attribuées à l’AIEA pour s’assurer que l’Iran respecte les clauses de l’accord ; l’arrêt du réacteur d’Arak qui fonctionne à l’eau lourde et est susceptible de produire du plutonium, qui peut conduire à la fabrication de la bombe atomique ; et enfin, Paris veut que Téhéran affiche une transparence totale sur les aspects militaires de ses anciennes activités nucléaires. Jusque-là, l’AIEA indique que la partie iranienne n’a pas répondu à toutes les questions posées et le site militaire de « Barshim » est resté fermé aux inspecteurs internationaux.

La source ajoute que la situation actuelle de l’administration américaine ne lui permet pas aujourd’hui d’accepter un accord que le Congrès pourrait invalider. Le Président Obama a perdu la majorité démocratique et il est peu probable que les Républicains facilitent la ratification de l’accord, d’autant qu’ils prônent l’adoption de nouvelles sanctions. De son côté, le négociateur iranien ne pourra accepter un accord qui ne fournit pas à l’Iran un minimum de droits qu’il réclame car cela signifiera une menace pour la position du Président Rohani et les modérés et la perte du soutien du guide et des provocations au camp conservateur.

Le ministre Fabius est rentré hier à Paris pour nouer des contacts dont il n’a pas révélé la teneur. Selon la source française, M. Fabius veut notamment consulter le Prince Saoud revenu à Paris après sa visite à Moscou (Al-Charq Al-Awsat).

* Visite du Prince Mitab aux Etats-Unis : A l’issue de ses entretiens avec le Secrétaire américain au Pentagone, le ministre de la Garde nationale, le Prince Mitab bin Abdallah a indiqué que le Roi cherche sans cesse à moderniser l’arsenal militaire de tous les secteurs de l’armée, y compris la Garde nationale, afin qu’il soit au plus haut niveau. Des commissions militaires techniques spécialisées étudient tous les besoins, conformément aux exigences des divers corps d’armée.

S’agissant de la participation de l’Arabie à la coalition internationale contre Daech, il a indiqué que l’Arabie fait partie de la communauté internationale. La décision de création de forces de la coalition a fait l’objet d’un consensus mondial. L’Arabie et les Etats-Unis sont liés par un partenariat stratégique fort et la lutte contre le terrorisme et le fanatisme, où qu’ils soient, est un but commun à tous qui profite à la sécurité et à la paix de tous les pays.

Les relations entre la Garde nationale et le Pentagone sont anciennes et étroites et ont débuté en 1973. A une question sur l’achat d’avions Apache ou Blackhawk et la date de livraison, le Prince MItab a répondu : Les hélicoptères que la Garde nationale a acheté suffisent actuellement à couvrir les besoins, comparativement au nombre de pilotes qui ont été formés. Nous avons réceptionné des avions d’entraînement. Quant aux Apache et aux Blackhawk nous les recevrons en début d’année. La Garde nationale procède sans cesse au renouvellement et à la modernisation et se dote des armes nécessaires à la défense effective de la religion et de la patrie, d’autant que la Garde nationale assume deux tâches : l’une militaire défensive avec le ministère de la Défense et l’autre militaire sécuritaire avec le ministère de l’Intérieur.

II - AUTRES INFORMATIONS

* Sommet du C.C.G. à Riyad  : Al-Hayat publie la tribune libre de M. Jamil Al-Ziyabi consacrée au sommet de la réconciliation qui a eu lieu la semaine dernière à Riyad. Le sommet de Riyad a mis fin aux différends, y compris celui opposant l’Egypte et Qatar. Preuve en est d’ailleurs la réaction rapide du Président égyptien, se félicitant dans un communiqué de la Présidence, de l’appel du Roi.
Il est important de signaler que le fait que le Roi n’ait pas cité Oman dans son discours ne signifie pas pour autant que le Sultanat n’est pas inclus dans l’entente entre les pays du Golfe. Toutefois, Mascate a préféré donner la priorité aux négociations nucléaires américano-iraniennes, plutôt que d’assister à un sommet décisif.

Quoi qu’il en soit, le Roi Abdallah a toujours prôné l’unité, l’entente et le destin unique. D’ailleurs, le chemin y menant n’est pas pénible à emprunter d’autant tout rapproche les pays du Golfe. Ils forment le bloc arabe solide et résistant, capable de surmonter les défis, d’aplanir les obstacles et de définir une nouvelle feuille de route régionale.

Les pays du Golfe sont ceints pas les feux, les crises, les conflits au Yémen, en Irak, en Syrie, au Liban, en Egypte et en Libye. Force est d’admettre l’ampleur des dangers et de leurs répercussions sur les pays du C.C.G. compte tenu du déploiement de Daech, des menaces des groupes fanatiques radicaux et des ambitions expansionnistes de l’Iran.

Il faut donc bâtir sur la base de la réconciliation, renforcer la coordination et passer à l’union. Qatar et d’autres n’ont plus aucune excuse à l’avenir.

* Arabie saoudite / Société / Fanatisme : Al-Riyadh intitule son éditorial : « Comment fabrique-t-on un esprit terroriste ? » Comment se fait ce lavage de cerveaux : est-ce uniquement en faisant miroiter les vierges du paradis lors de la préparation de ces jeunes à des opérations-suicide ? Force est de constater que les cerveaux de ces ingénieurs, ces journalistes, ces experts en télécoms ne sont que des pions manipulés par les turbans noirs et leurs étendards. Derrière tous ces gens, se trouvent des hommes qui font du blanchiment d’argent, du commerce de stupéfiants, du proxénétisme, etc. Comment des repris de justice ayant combattu en Afghanistan, en Irak, en Tchétchénie et ailleurs, ayant quelques vagues notions de religion, réussissent-ils à s’emparer des cerveaux de médecins, de scientifiques, de chimistes ? (…) Les secrets demeurent dans les arcanes des services de renseignements internationaux et de ceux qui ont appris à télécommander les batailles.

Certes, les services de renseignements généraux traquent ces terroristes mais ignorent toujours leurs objectifs.

(…) On est actuellement face à une situation unique, où le religieux se mélange au politique, les complots et les actions clandestines. Il s’agit d’une pieuvre qui déploie ses tentacules et qui maîtrise parfaitement la gestion des batailles et le lavage des cerveaux, en préparant des hommes prêts à commettre toutes sortes d’opération. C’est désormais une bataille qui dépasse les théories et les conflits matériels et terrestres et le partage d’influence.

* Arabie saoudite / Sécurité : Un résident danois a été blessé par balles, tirées par un inconnu alors qu’il sortait, hier samedi à 14 heures, de son travail dans une entreprise privée sur la route d’Al-Kharj. Il a été grièvement blessé à l’épaule et transporté immédiatement à l’hôpital, où son état est stable.

* Arabie saoudite / Conseil de la Choura / Société : Dr Hamda Al-Anazi, membre du Conseil de la Choura, a confirmé que la commission en charge de l’élaboration de la loi contre le harcèlement planche actuellement sur les dernières touches et la loi sera prête à la fin du mois. La loi sur le chantage sera promulguée simultanément et définira les sanctions et les actes répréhensibles (Al-Hayat).

* Arabie saoudite / Emplois  : Il semblerait que le ministère du Travail soit sur le point de lancer un nouveau levier pour enrayer le chômage dans le pays. Le porte-parole du ministère, Tayssir Al-Mofrej, a révélé que des mesures particulières ont été prises pour mettre en place une commission chargée de la saoudisation des emplois et augmenter la productivité du marché du travail. Cette commission sera chargée du suivi et du contrôle des détails relatifs à la saoudisation des emplois partout sur le marché du travail, en commençant par les emplois de direction et les postes administratifs (Al-Hayat).

* Arabie saoudite / Société / Droits de l’Homme : L’ANDH a demandé par la voix de son secrétaire général et porte-parole, Khaled Al-FAkhry, à tous les restaurants qui ont affiché des pancartes interdisant l’accès aux femmes non accompagnées de tuteur, de les enlever. En effet, il « s’agit de jurisprudences personnelles et leur affichage n’est pas règlementaire ».

Cette réaction fait suite à la publication de nombreuses photographies de restaurants dans le Royaume interdisant l’entrée des femmes seules. Sur les réseaux sociaux, des Saoudiens ont jugé qu’il s’agissait « d’une violation des droits des femmes et d’une discrimination sexiste ostensible. Ces pancartes existaient dans le temps mais elles ont disparu au fil des jours. Leur réapparition signifie un retour en arrière et une tentative visant à consacrer des idées dont le but est de restreindre les lieux de loisir et les exutoires en imposant des coutumes qui attisent l’exaspération des gens » (Al-Hayat).

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 23/11/2014

Haut de page