Presse du 24 & 25 janvier 2016

Mots clés : Visite de Kerry à Riyad – Arabie / Syrie / Etats-Unis – Arabie / Iran / Déclarations de Jubair – Arabie / Liban – Arabie / Grande-Bretagne – Arabie / Irak – Arabie / Militaire – Arabie / Santé – Arabie / Société / Gaspillage alimentaire – Arabie / Festival de Janadriyah.

Titres Généraux  :

Al Hayat : * Washington confirme l’amitié solide avec Riyad.

Sharq Al Awsat : * Kerry : Le pacte saoudo-américain est fort et ne sera pas affecté par le nucléaire.

Okaz  : * Kerry : Nos relations avec l’Arabie sont plus solides que jamais.

AL Riyadh : * Jubair : L’Iran parraine le terrorisme et doit nécessairement appliquer le principe de bon voisinage.

Al Jazirah  : * Le Roi parrainera la 30ème édition du festival de Janadriyah dont l’Allemagne est l’hôte d’honneur.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Visite de Kerry à Riyad : La presse des 24 & 25 consacre ses titres à la visite de Kerry à Riyad et aux relations saoudo-américaines.

Le Roi a reçu le Secrétaire américain à son palais à Diriya et a évoqué avec lui les derniers développements dans la région et les efforts déployés dans ce sens. Ils ont abordé la situation en Syrie et l’importance de lutter contre les ingérences iraniennes dans les affaires internes des pays de la région. Selon l’AFP, l’Arabie a exprimé ses craintes relatives à un éventuel rapprochement entre les Etats-Unis et l’Iran, suite à l’entrée en vigueur de l’accord nucléaire.

Kerry a également été reçu par le vice-Prince héritier avec qui il a examiné les relations bilatérales et les sujets d’intérêt commun.

Les deux ministres saoudien et américain des Affaires étrangères ont donné une conférence de presse au cours de laquelle Adel Al-Jubair, a indiqué que la réunion des ministres du C.C.G. et Kerry a porté sur les relations bilatérales ainsi que sur les derniers développements en Syrie et au Yémen, sur le processus de paix et sur les solutions envisageables. « Nous avons également examiné les ingérences iraniennes dans les affaires de la région et les moyens de les contrer ». Le ministre saoudien a marqué la convergence de vues entre les deux bords sur les sujets inscrits à l’ordre du jour de la réunion mixte, qui s’inscrit dans le cadre de la concertation et de la coordination permanentes entre les Etats-Unis et les pays membres du C.C.G.

Evoquant les relations américano-iraniennes, en particulier l’échange de prisonniers, Al-Jubair a confirmé que « les Etats-Unis ont parfaitement conscience du danger du comportement iranien, de ses activités négatives dans la région, de son soutien incessant au terrorisme et de la présence d’organisations terroristes sur son sol. En outre, l’implication de responsables des services de renseignements iraniens dans des actes terroristes a été prouvée et ils sont inscrits sur la liste des recherchés sécuritaires. Sur la base de ces données qui confirment que l’Iran agit négativement, Al-Jubair a mis en doute « la logique de relations américano-iraniennes dans le domaine de l’échange de prisonniers, d’autant que toute personne qui vit aux Etats-Unis ne peut facilement envisager de partir car c’est un grand pays.

S’agissant de l’accord nucléaire, il a indiqué que l’Iran doit en respecter les clauses afin d’éviter les conséquences en cas de non-respect. En général, les Etats-Unis ont conscience du risque des agissements iraniens, et œuvrent avec leurs alliés, notamment les pays du Golfe afin de trouver les moyens susceptibles de freiner les pratiques et agissements négatifs de l’Iran. Je ne pense pas que les Etats-Unis aient le moindre doute sur la nature du gouvernement iranien.

L’Arabie et les pays du Golfe coopèrent avec les Etats-Unis dans de nombreux domaines : l’échange de renseignements, la formation, la défense balistique, le renforcement des capacités de défense, les moyens de se débarrasser d’Assad en Syrie, de rétablir la sécurité et la stabilité au Yémen et en Libye, le règlement du conflit israélo-arabe. Ce sont des défis que nos pays doivent relever et il faut que les actions belliqueuses de l’Iran cessent.

Interrogé sur les récentes déclarations du Chef de la garde révolutionnaire iranienne sur la formation de 200 mille combattants dans les pays arabes, Al-Jubair a indiqué que ce sont des déclarations agressives et belliqueuses dont nous ne connaissons pas la crédibilité. L’Arabie et les pays arabes sont disposés à prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre leurs terres et leurs peuples. Nous refusons les ingérences iraniennes dans les affaires de nos pays.

De son côté, Kerry a indiqué que « nous avons discuté des agenda qui nous attendent, des sujets inscrits et nous avons confirmé l’importance du partenariat entre les Etats-Unis et les pays du C.C.G. Il faut qu’on garantisse le succès de ce partenariat. Nous avons convenu de nous revoir prochainement et régulièrement. Il est important de faire face aux évènements qui secouent la région : au Yémen c’est la rébellion houthie et la menace d’Al-Qaeda en Arabie.

Les Etats-Unis sont préoccupés par les activités de l’Iran dans certains pays arabes et du soutien de Téhéran au Hezbollah libanais à qui il a fourni plus de 80 mille missiles via la Syrie. Washington comprend les craintes des pays du Golfe vis-à-vis de l’Iran suite à la levée des sanctions. Toutefois, les Etats-Unis sont engagés dans un partenariat avec les six pays membres et les soutiendront face à toute menace.
Il a ajouté que les négociations de Genève auront lieu prochainement. Il est certain que la crise syrienne ne pourra se terminer avec la présence d’Assad, qui est comme un aimant qui attire les violences et les extrémistes, lesquels continuent à affluer. « AL-Jubair partage mon avis et nous savons que la question syrienne est pénible. Il existe des divisions profondes au sein de la communauté internationale au sujet d’Assad. »

* Arabie saoudite / Syrie / Etats-Unis : Des membres du comité négociateur de l’opposition syrienne ont intensifié hier leurs contacts afin d’adopter une position au sujet de la « coupe de poison » dont a parlé Kerry à Riyad Hijab, à l’occasion de leur rencontre à Riyad, portant sur la participation à Genève dans quelques jours, afin de former un gouvernement d’union nationale, chargé d’amender la Constitution et d’organiser les élections auxquelles participera Bachar Assad.

Selon des sources bien informées, « Kerry a informé Hijab de ses ententes avec son homologue russe, à savoir, la participation à des négociations de formation d’un gouvernement avec le régime (et non un comité de transition), et l’organisation d’élections dans lesquelles Assad aurait le droit de se représenter sans qu’un calendrier de départ ne soit fixé », sur la base d’un plan prévu dans la résolution 2254.

Kerry a également demandé à Hijab de rajouter le Président du Conseil démocratique syrien, Haytham Mannah, et le Président du Front populaire de libération et de changement, Qadri Jamil, à la délégation de l’opposition. Dans le cas contraire, l’envoyé onusien pour la Syrie les convoquera à Genève en tant que conseillers et experts.

La délégation qui a rencontré Kerry comprenait Hijab, Salem Al-Moussallet, Safwan Akkach, Abdul Hakim Bachar, Mohammed Allouch.

La délégation aurait refusé de faire des concessions au sujet de l’ajout de nouveaux noms, jugeant que tous les courants de l’opposition étaient représentés. Elle aurait exigé l’arrêt des bombardements aériens contre les civils et la levée de l’embargo avant toute négociations. Mais Kerry a jugé qu’il s’agissait de conditions préalables. Selon Hijab, les « messages » de Kerry comportaient une « mise en garde » selon laquelle le comité de négociations doit se rendre à Genève selon ces conditions car dans le cas contraire le soutien à l’opposition prendra fin (Al-Hayat).

* Economie  : C’est hier qu’ont débuté les travaux du premier sommet des chefs d’entreprises américains et saoudiens, qui s’est tenu au siège du Conseil des C.C.I. saoudiennes à Riyad. Le but de ce sommet est de prospecter les moyens de renforcer et d’augmenter l’activité économique bilatérale.

* Arabie saoudite / Iran / Déclarations de Jubair : Dans des déclarations en marge de la réunion ministérielle du forum de coopération arabo-indien qui se déroule à Manama, le ministre saoudien des Affaires étrangères a indiqué que les relations saoudo-iraniennes n’ont pas besoin de médiation. De nombreux pays ont proposé de jouer le rôle de médiateurs et de transmettre les idées de part et d’autre. Ceci n’est pas nécessaire. L’Arabie a ses positions et l’Iran sait ce qui lui est demandé. L’Iran parraine le terrorisme depuis 35 ans. Elle adopte des politiques agressives contre le monde arabe, s’ingère dans les affaires internes des pays arabes et attise la discorde confessionnelle. Il y a des preuves irréfragables sur ce sujet. Il y a des associations en Iran qui sont classées terroristes et des responsables iraniens qui sont recherchés pour leur implication dans des activités terroristes.

* Arabie saoudite / Liban : Dans sa tribune dans Al-Hayat, Daoud Al-Charayan se demande si l’Arabie modifiera sa politique vis-à-vis du Liban, d’autant que le ministre libanais des Affaires étrangères a repris la même attitude de distanciation lors de la réunion de l’O.C.I.

Alors qu’elle avait été admise au début de la crise syrienne, cette politique de distanciation du Liban devient aujourd’hui incompréhensible et suscite la colère tant officielle que populaire en Arabie. De nombreux articles, publiés dans la presse saoudienne s’interrogent sur l’utilité du pari saoudien sur le Liban, lequel soutient Téhéran et Damas.

Certes, l’Arabie n’abandonnera pas le Liban soudainement. Elle diminuera très probablement les aides, se montrera beaucoup plus stricte dans l’octroi de visas de travail aux Libanais. Les hommes d’affaires saoudiens menaceront de cesser leurs investissements au Liban.

Il est incontestable que le peuple libanais assumera les conséquences de cette crise, si le Liban ne change pas de politique. La situation économique que traverse actuellement l’Arabie sera un mobile de durcissement de plus envers le Liban. Les forces politiques libanaises comprendront-elles la gravité de la privation du Liban de son environnement arabe ?

* Al-Riyadh publie la tribune libre de Dr Ahmed Al-Jumaiah, qui fustige les positions du Liban, tant à la Ligue arabe, qu’à l’O.C.I., alors que l’Arabie l’a toujours soutenu, notamment lors du célèbre accord de Taef qui a mis fin à la guerre. Elle a accueilli chez elle plus d’un demi-million de Libanais, dont les virements annuels dépassent cinq milliards de dollars. Elle s’est tenue aux côtés du Liban lors de l’attaque israélienne de 2006. En dépit de tout ce soutien, le Liban a refusé de se tenir aux côtés de l’Arabie et a renoncé à son rôle arabe et islamique, dans l’intérêt des diktats du « parti du diable » et des exigences iraniennes.

Honte aux Libanais de n’avoir pas pris une position courageuse en faveur du droit et d’un acte condamné par les pays du monde entier. Il est inacceptable de garder le silence sur un tel comportement et il faut renvoyer les partisans du « parti du diable » dans leur banlieue sud de Beyrouth. L’argent serait alors un moyen de faire taire cette voix discordante et un moyen de pression politico-économique. C’est un droit souverain légitime que l’Arabie avait déjà pris lors de la seconde crise du Golfe avec des pays arabes qui avaient soutenu Saddam.

« Je suis certain que le Liban paiera le prix de sa lâcheté. Nous sommes à l’ère de la fermeté et de la détermination qui ne tolère pas les demi-solutions ».

II - AUTRES INFORMATIONS

* Arabie saoudite / Grande-Bretagne : Selon la presse du 24, le vice-Prince héritier a reçu le CEMA britannique adjoint et la délégation qui l’accompagne. Ils ont évoqué la coopération bilatérale en particulier militaire ainsi que les efforts de lutte antiterroriste, notamment la coordination entre la coalition islamique et la Grande-Bretagne.

* Arabie saoudite / Irak  : Selon AL-Hayat du 24 janvier, 20 Saoudiens, qui ont purgé leur peine, attendent leur libération des prisons irakiennes. Toutefois, des sources ont indiqué que celle-ci est retardée pour des raisons confessionnelles.

* Selon Al-Hayat de ce jour, le MAE irakien a convoqué hier l’ambassadeur d’Arabie, Thamer Al-Sabhan, afin de l’interroger sur ses déclarations au sujet de la mobilisation populaire soutenue par l’Iran. « Il s’agit d’une violation inacceptable des règles diplomatiques ».

Une source responsable au MAE saoudien a rejeté les déclarations hostiles lancées par des milices irakiennes chiites contre l’ambassadeur. L’Arabie n’intervient pas dans les affaires internes des pays. Riyad ne pratique pas le confessionnalisme, ni sunnite ni chiite. Elle cherche à encourager la cohabitation pacifique entre les communautés et les composantes et refuse les meurtres sur base d’identités.

* Arabie saoudite / Militaire : Le ministère de la Défense saoudien donnera aujourd’hui une conférence de presse au cours de laquelle il annoncera l’organisation de la plus grande exposition de fabrication de pièces de rechanges au Moyen-Orient (AFED) au Centre des expositions de Riyad.

* Arabie saoudite / Santé  : Le ministre saoudien de la Santé, Khaled Al-FAleh, a révélé plusieurs réformes au sein de son ministère, notamment, la privatisation des hôpitaux gouvernementaux.

* Arabie saoudite / Société / Gaspillage / Alimentation : AL-Riyadh du 24 janvier consacre un long article au gaspillage alimentaire en Arabie, évalué à 49,833 milliards de riyals par an, selon un document présenté par le ministère de l’Agriculture, lors d’un séminaire consacré à « l’arrêt du gaspillage alimentaire ».

Le document fait état de quantités astronomiques d’aliments qui sont jetées : cette situation est imputable à certains comportements consumériens qui entraînent fanfaronnades et gaspillages. Le Roi a recommandé la formation d’une commission chargée de mettre en place des mécanismes qui permettent d’enrayer ce gaspillage alimentaire.

* Arabie saoudite / Festival de Janadriyah : Le Roi parrainera la 30ème édition du festival de Janadriyah le 3 février prochain. C’est l’Allemagne qui est l’hôte d’honneur cette année.

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 25/01/2016

Haut de page