Presse du 27 avril 2016

Mots clés : Arabie / Audience du Roi / Travail – Arabie / Vision 2030 – Arabie / Logements / Conseil de la Choura – Arabie / Intérieur.

Titres Généraux  :

Al Watan : * Le Roi : Nous avançons à pas constants sur la voie du développement et de la modernisation.

Al Hayat : * Le Roi, recevant le ministre du Travail et des acteurs du secteur privé : Le Royaume progresse à pas constants tout en restant attaché aux valeurs authentiques.

Al Jazirah : * Le Roi : Votre pays avance à pas constants sur la voie du développement et de la modernisation.

Sharq Al Awsat : * La Banque mondiale : La vision 2030 contribuera au développement de l’ensemble de la région.

Okaz  : * L’Arabie n’est pas uniquement du pétrole. Le bond en avant débute.

AL Riyadh : * Le Prince héritier : Je félicite mon frère Mohamed bin Salman pour cette vision ambitieuse.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Arabie saoudite / Audienc du Roi / Travail  : Les titres de ce jour sont consacrés aux déclarations du Roi à l’occasion d’une audience accordée hier au palais Al-Yamama à Riyad, au ministre saoudien du Travail, Dr Mofrej Al-Haqabani, et à des acteurs du secteur privé : L’Arabie progresse à pas constants vers le développement et la modernisation, tout en restant attachés à nos constantes religieuses et à nos valeurs sociales authentiques. Nous poursuivrons le travail vers le développement global dans toutes les régions du Royaume. L’Etat a accordé une importance particulière au secteur du travail, de la formation technique et professionnelle. Il a adopté des lois dans ce sens et a procuré un soutien financier généreux à la formation des Saoudiens, au transfert de la technologie afin que les citoyens soient capables de faire avancer leur pays dans tous les domaines. L’Etat a encouragé les investissements dans ce secteur, a renforcé le rôle du secteur privé afin qu’il soit un partenaire complémentaire des efforts du gouvernement.

L’investissement dans le développement des ressources humaines est le principal investissement sur lequel compte votre pays. Les Saoudiens et les Saoudiennes ont démontré qu’ils étaient responsables et ont profité des programmes de formation offerts en les exploitant dans leur propre intérêt et dans celui de leur société et de leur patrie. Certains ont même été lauréats de prix internationaux.

* Arabie saoudite / Vision 2030 : La presse continue à se faire largement l’écho des réactions à la « vision 2030 » annoncée par le vice-Prince héritier Mohamed bin Salman.

Elle relaie notamment le twitt du Prince héritier qui « fait l’éloge de la vision saoudienne et qui félicite la patrie. Je soutiens mon frère et mon bras droit Mohamed bin Salman dans cette vision ambitieuse. Que Dieu nous garde notre Roi et notre pays ».

Par ailleurs, le directeur régional des pays du C.C.G. à la BM, Nader Abdul Latif Mohamed, a jugé que cette vision contribuera au développement de l’économie non seulement en Arabie voire dans l’ensemble de la région.

La presse relaie à l’envi les réactions de responsables et d’experts économiques saoudiens et étrangers à la nouvelle vision lancée par le vice-Prince héritier.

* Abdul Rahman Al-Rached intitule sa tribune dans Al-Charq Al-Awsat : « La vision est-elle une réalité ou une publicité ? » D’aucuns l’ont qualifiée de plus grande opération de marketing et de publicité dans l’histoire de la région et de bulle médiatique. Il est normal que certains mettent en doute tous les plans de développement de cette région, qui n’a pas réussi à créer un nouveau Singapour ou une nouvelle Malaisie, hormis le cas émirien.

Force est d’admettre que le projet saoudien est colossal et ambitieux mais devra faire face à des défis évidents.

« Je pense, personnellement, que les idées sont grandioses et réalisables. Mais à l’instar de tant d’autres je suis préoccupé par les montagnes de difficultés sur le chemin de la réalisation. Le cerveau de ce projet, le Prince Mohamed bin Salman a bien dit qu’il est raisonnable, logique et réalisable si la volonté, la gestion et la détermination existent. Il a ainsi suscité d’immenses espoirs.

Est-ce une simple opération de publicité ? Je ne pense pas car ce plan inclut des détails et des engagements clairs et écrits. Le projet saoudien se fixe des échéances et des dates. Dès lors que de nouvelles lois facilitant les investissements et le travail seront adoptées, tout sera possible ».

Quoi qu’il en soit, l’Arabie et les pays de la région n’ont plus d’autres choix hormis les réformes, d’autant que les citoyens d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’hier. Ils voyagent, voient, interrogent. L’ère n’est plus aux régimes totalitaires ou d’assistanat. Un gouvernement qui n’est pas élu doit offrir des services satisfaisant ses citoyens. La légitimité des gouvernements de la région est essentiellement tirée des services aux citoyens.

Compte tenu de la croissance démographique dans le pays, en l’absence d’un tel plan courageux et ambitieux, l’Etat sera incapable de prodiguer les services minimaux à ses citoyens.

Le succès de l’Arabie sera celui de tous car elle sera la locomotive entraînant les autres pays arabes dans son sillage.

* Dans une tribune libre publiée dans Al-Charq Al-Awsat, Mirza Al-Khouildi, s’attaque aux loisirs et à la culture dans le plan, et l’intitule : « Où aller ce soir ? » dans un pays qui ne dispose d’aucun moyen de loisir, pas de salles de cinémas, pas de théâtres…

(….) Le Prince Mohamed bin Salman a bien confirmé que les loisirs et la culture sont des éléments essentiels de ce plan et contribueront à améliorer le niveau de vie des citoyens. Force est d’admettre que leur absence empêche d’avoir une société gaie et heureuse. Comment peut-on imaginer que la jeunesse de ce pays n’ait pas de salles de cinémas ? Où vont les jeunes en soirée ? Ils se déversent dans les rues, au volant de leur voiture, à gaspiller l’essence et à exacerber la nervosité de la société, sa frustration et son sentiment d’insatisfaction.

« J’espère que la réponse à la question, « où aller ce soir », ne tardera pas après l’annonce de cette vision ».

* Al-Riyadh intitule son éditorial : « Une vision saoudienne à l’ère de l’automne arabe ». La vision 2030 intervient à un moment sensible et délicat, alors que les sentiments d’inquiétude, de frustration et de gêne prévalent dans le monde arabe. Elle va relever le moral, cristalliser chez les citoyens le sentiment de solidarité avec leur gouvernement, et susciter une vague d’optimisme et de positivisme. Cette vision a induit un état de fierté chez les Saoudiens, qu’elle a rassurés.

Désormais, il faut se mettre au travail sérieusement et positivement afin de ne pas décevoir les jeunes. Les projets de développement sont un accès vital et important à la stabilité politique et à l’harmonie sociale.

A l’heure de l’automne arabe, la vision saoudienne tente de reprendre les rênes de la situation en main, dans une région qui a perdu son équilibre face aux tempêtes qui ont semé le désespoir et l’abattement.

II - AUTRES INFORMATIONS

* Arabie saoudite / Logement / Conseil de la Choura  : Al-Hayat fait état des divergences entre les membres du Conseil de la Choura au sujet du rôle du ministère de l’Habitat. L’article relaie les propos d’un membre du Conseil de la Choura, Saoud Al-CHamri, qui considère que l’Etat n’est pas contraint de procurer un logement à chaque citoyen, et ceux de son collègue le Prince Khaled Al-Saoud « qui souffre du fait que le ministère de l’Habitat soit incapable d’assumer sa seule mission, à savoir procurer un logement aux citoyens. Ledit ministère ne respecte pas les besoins en dépit des sommes faramineuses qui lui ont été allouées ».

Les membres sont tous d’accord pour critiquer l’absence de stratégie dans ce secteur.

* Arabie saoudite / Intérieur  : Al-Hayat relaie les déclarations du Prince Sultan bin Salman, Président du haut comité de tourisme qui indique, lors de l’une des séances de la conférence consacrée au Prince Saoud Al-Faysal « que lors de ses visites au Roi Abdallah, il voyait des ministres qui consultaient le Roi sur chaque point, fréquentaient souvent le Cabinet royal, bien que le Roi leur ait donné des prérogatives absolues et les ordres d’exécution. Mais leur hésitation à prendre les décisions retardent et empêchent le processus de développement dans le Royaume ; Je reproche à certains responsables de s’intéresser uniquement à certains secteurs professionnels ou à certaines zones géographiques, et d’oublier leur pays et les autres opportunités de développement ».

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 27/04/2016

Haut de page