Presse du 29 mars 2016

Mots clés  : Conseil des ministres – Arabie / Iran – France / Arabie – Europe / Terrorisme – Terrorisme – Arabie / Yémen – Arabie / Pakistan – Arabie / Grande-Bretagne / Sénégal – Arabie / Irak – Arabie / Eau.

Titres Généraux  :

Al Hayat : * Rohani recommande à Zarif d’engager un dialogue avec l’Arabie.

AL Riyadh  : * Le Conseil des ministres se félicite de l’ouverture de l’usine de missiles et du transfert des technologies industrielles militaires.

Al Jazirah : * Le Conseil des ministres dénonce et condamne les attentats perpétrés en Irak, au Pakistan et en Belgique.

Sharq Al Awsat  : * Le Roi : L’attentat de Lahore est contraire aux valeurs islamiques.

Okaz  : * La coalition échange 9 prisonniers saoudiens contre 109 rebelles houthis.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Conseil des ministres  : Le Roi a présidé la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue au palais Al-Yamama à Riyad.

Il a informé les ministres des résultats de ses entretiens officiels avec le Président sud-africain qui ont porté sur les domaines de coopération et les moyens de les développer ainsi que sur les derniers développements régionaux et internationaux et la signature d’un MoU sur les consultations politiques bilatérales.

Les ministres se sont félicités de l’ouverture, par le Président sud-africain et le vice-Prince héritier saoudien, de l’usine de missiles, avec la coopération de la société fabriquant les munitions en Afrique du Sud. Cette usine contribuera à renforcer les besoins des forces militaires saoudiennes dans le domaine de toutes les formes de missiles militaires. Il s’agit de l’un des résultats fructueux de la politique saoudienne dont l’objectif est le transfert et l’implantation de la technologie industrielle militaire.

Les ministres ont également salué la tenue de la première réunion des Chefs d’Etat-major des pays de la coalition islamique de lutte contre le terrorisme et ont insisté sur la teneur de la déclaration de Riyad publiée à l’issue de la réunion : celle-ci confirme l’importance de l’action collective et la perspective stratégique globale de lutte contre le terrorisme et le fanatisme ainsi que l’importance de la dynamisation de l’aspect idéologique de la lutte contre le terrorisme. Il est important de coordonner les efforts pour étudier l’idéologie terroriste et l’éradiquer et pour enraciner les valeurs d’entente, de tolérance, de dialogue, de rejet de la haine et de l’incitation à la violence. Il faut intensifier les efforts pour lutter contre le terrorisme en renforçant l’action commune.

L’Arabie a, une fois de plus, appelé le Conseil de sécurité à élaborer un régime de protection internationale pour l’Etat palestinien, y compris Jérusalem, conformément au 4ème traité de Genève et aux résolutions internationales pertinentes, dans le but d’établir un calendrier pour mettre fin à l’occupation israélienne des territoires palestiniens et instaurer une paix équitable et globale conformément aux résolutions de la légalité internationale et de l’initiative arabe de paix. L’Arabie dénonce la poursuite de la construction de colonies juives dans les territoires arabes occupés et déplore la démission du rapporteur des Nations unies chargé des Droits de l’Homme dans les territoires palestiniens, en raison du manque de coopération des autorités d’occupation israéliennes. Celles-ci attestent qu’elles font fi des résolutions internationales et sont résolues à poursuivre la violation des Droits de l’Homme et des lois.

L’Arabie dénonce et condamne les attentats terroristes perpétrés à Bagdad, Lahore et Bruxelles. Il faut unifier les efforts internationaux de lutte contre le terrorisme, fléau désavoué par toutes les religions, les lois et les chartes internationales. Il est essentiel de débarrasser les sociétés de ce fléau dangereux. L’Arabie présente ses condoléances à l’Irak, au Pakistan et à la Belgique et souhaite un prompt rétablissement aux blessés.

* Arabie saoudite / Iran  : En réponse aux récentes déclarations du ministre saoudien des Affaires étrangères vis-à-vis de l’Iran, une source iranienne de haut rang a révélé que Rohani a demandé à son ministre des Affaires étrangères de paver la voie à un dialogue sérieux et constructif avec l’Arabie, afin de rétablir les relations bilatérales et traiter les problèmes qui les entravent, en particulier après l’accord nucléaire et la levée des sanctions économiques. La source ajoute que le gouvernement de Rohani souhaite reformuler les relations avec l’Arabie sur la base du respect mutuel et des intérêts communs. La balle n’est pas uniquement dans le camp iranien mais il faut également que l’Arabie mette en place un climat adéquat au rétablissement des relations, de manière utile aux intérêts communs.

A la question de savoir s’il existe en Iran des parties hostiles au rétablissement des relations, la source a indiqué que les relations étrangères iraniennes ne sont pas définies par une partie en particulier. Elles sont déterminées dans le cadre des intérêts iraniens suprêmes et de la sécurité nationale iranienne. « Les relations avec les pays arabes et islamiques sont une priorité sur les agendas du MAE. L’Arabie ne fait pas exception à cette règle. Espérons une détente dans les relations au cours des semaines à venir .

Le MAE saoudien, avait indiqué, lors d’une conférence de presse donnée à Riyad avant-hier, que l’Iran devait cesser de s’immiscer dans les affaires internes de l’Arabie et des pays voisins et s’abstenir d’implanter des cellules terroristes dans la région, s’il souhaite établir des relations normales. L’Arabie, a ajouté Al-Jubair, a tendu la main de la paix à l’Iran depuis plus de trois décennies. Elle n’a rien reçu en retour. Nous avons souhaité des relations pacifiques avec l’Iran mais nous avons fait face à une ingérence dans nos affaires internes, au blocage du pèlerinage, à l’assassinat de l’un de nos diplomates, à des attaques contre notre ambassade et aux cellules terroristes implantées dans nos pays et dans les pays voisins (Al-Hayat).

* Dans sa tribune dans Al-Charq Al-Awsat, Tareq Al-Homaid se demande si les déclarations de Rohani sont sérieuses, d’autant qu’elles ont été faites au Pakistan. Or, après trois décennies d’inimitié, il est impossible de faire confiance à l’Iran. Rohani a voulu uniquement rassurer les Pakistanais qui sont les alliés de l’Arabie. Il a voulu en outre tenter une embellie dans les relations avec l’Arabie avant la visite attendue d’Obama.

Il a voulu faire d’une pierre plusieurs coups. Il a souhaité permettre au Président américain de se référer à ses déclarations lors de sa visite à Riyad pour étayer ses propos au magazine « The Atlantic », afin que les Saoudiens soient dès lors en position de défense. Il incombe à ces derniers désormais de préparer une liste de points que l’Iran doit respecter afin de prouver ses bonnes intentions et par conséquent l’amélioration des relations. Dans l’hypothèse où Rohani y consent, en commençant par l’Irak, la Syrie et le Yémen, il est dès lors le bienvenu.

II - AUTRES INFORMATIONS

* France / Arabie saoudite : Al-Charq Al-Awsat de ce jour cite l’ambassadeur de France, M. Besancenot, qui indique que l’accord d’exemption bilatérale des diplomates de visas d’entrée en Arabie ou en France, entrera en vigueur au début du mois d’avril. L’Arabie est un partenaire stratégique de la France et un pays incontournable de la région. La mise en œuvre de cet accord reflète l’un des aspects de la puissance de la coopération bilatérale et des relations qui lient les deux pays. Ceux-ci nouent une coordination permanente au sujet des dossiers d’intérêt commun et urgents ».

* Europe / Terrorisme : Al-Riyadh intitule son éditorial : « L’Europe et l’Eglise à nouveau ». L’éditorialiste fait allusion à la récente rencontre entre les Chefs de l’Eglise catholique et orthodoxe, qui ont publié un communiqué commun plaidant en faveur de la défense des valeurs chrétiennes et évoquant également l’oppression que subissent les Chrétiens au Moyen-Orient.

Cette rencontre est porteuse de signes politiques ostensibles. A l’heure actuelle, les Européens sont persuadés qu’ils sont la cible des extrémistes et terroristes qui les attaquent en brandissant des slogans islamistes, ignorant que lesdits slogans nuisent en priorité aux Musulmans et aux Arabes.

(…) L’Europe est actuellement menacée d’effritement et est menacée par les flux d’immigrés. C’est ce qui explique aujourd’hui la montée en puissance des partis d’extrême-droite, indice clair de l’ampleur des préoccupations qui taraudent les Européens. Dans un tel contexte, l’Europe soumise à de telles pressions, pourrait inverser le courant, et s’unir afin de préserver et de défendre les principes cités dans la déclaration commune de l’Eglise chrétienne. Ceci pourrait mettre fin à la laïcité et à la mondialisation et aura des coûts extrêmement élevés. Ainsi, l’ancien Pape Benoit 16 aura eu raison lorsqu’il avait déclaré que « l’U.E. est un club chrétien », répondant à une question sur l’adhésion de la Turquie.

* Terrorisme  : Dans sa tribune dans Al-Charq Al-Awsat, Abdul Rahman Al-Rached appelle à traquer le fanatisme en amont du terrorisme. Il est désormais évident aux yeux de la communauté internationale que tout ce à quoi pensent les fanatiques est exécuté par les terroristes.

Au tout début, lors de l’émergence d’Al-Qaeda, de nombreuses interrogations avaient été soulevées au sujet de ce terrorisme dont le caractère sanguinaire ne cesse de s’exacerber. Aujourd’hui, il est désormais certain que le fanatisme est la source de la violence et du terrorisme. Il ne s’agit plus d’une simple théorie mais d’une certitude.
Certes, cette assertion n’exclut pas pour autant les complexités qui en découlent, notamment celle de savoir qui propage l’idéologie fanatique et à quelles fins ? Force est d’admettre qu’il s’agit tant des partis politiques que de certains régimes.

Les partisans de l’idéologie fanatique et ses défenseurs ne comprennent pas qu’ils sont les complices des groupes de la violence politique tels que Daech et Al-Qaeda, car ils partagent de nombreux principes même s’ils s’abstiennent de soutenir leurs projets politiques.

En outre, ceux qui propagent le fanatisme, dans ce climat politique mondialement tendu, sont les sbires du régime de Téhéran.

Désormais, la propagation du fanatisme représente un réel danger tant pour cette partie du monde que pour les communautés musulmanes qui vivent en Occident. Les actions des fanatiques sont concrétisées par les terroristes et sont le danger premier pour les relations, les gouvernements et les populations musulmanes.

Tant que l’on ne admet pas la présence du fanatisme, la situation va s’aggraver. Nous risquons de nous retrouver en conflit permanent avec cet autre en colère.

(…) L’émergence et la montée du fanatisme religieux n’ont aucun lien avec la justice sociale ou l’iniquité politique. Il s’agit d’un projet idéologique dont le but est de dominer et d’annihiler l’autre. Lorsqu’une organisation perpètre un attentat au nom de ces groupes fanatiques, ces derniers doivent en payer le prix. Il ne faut pas que les Musulmans les défendent. Il faut faire la distinction claire entre les fanatiques d’une part, et les Musulmans et l’Islam d’autre part. Il faut rejeter leurs allégations selon lesquelles l’Occident est l’ennemi de l’Islam, des Sunnites, des Saoudiens.

Compte tenu de la recrudescence du terrorisme dans le monde, les fanatiques sont devenus plus dangereux que les terroristes. Daech combat et s’autodéfend en sacrifiant ses combattants. Quant aux fanatiques, leur but est un suicide collectif : ils veulent sacrifier tout le monde sur l’autel de leur haine.

* Arabie saoudite / Yémen : La coalition arabe a diffusé un communiqué révélant un échange de 9 prisonniers saoudiens en contrepartie de 109 détenus houthis, arrêtés dans les zones de combats contiguës aux frontières sud de l’Arabie. Cet échange intervient quelques jours avant l’entrée en vigueur du cessez-le-feu qui doit paver la voie à un nouveau round de négociations entre le gouvernement yéménite et les Houthis au Koweït.

* Arabie saoudite / Pakistan : Le Roi a adressé un message de condoléances au Président pakistanais, pour les victimes de l’attentat terroriste à Lahore. « Nous dénonçons et condamnons fermement ces actes criminels contraires aux valeurs et aux principes islamiques, humanitaires et moraux ».

* Arabie saoudite / Grande-Bretagne / Sénégal : Le Prince héritier a successivement reçu hier les ministres britannique de la Défense et sénégalais de l’Intérieur. Il a évoqué avec eux la coopération bilatérale et les sujets d’intérêt commun, en particulier sécuritaires et de lutte contre le terrorisme.
Le ministre britannique de la Défense a pour sa part eu des entretiens avec le vice-Prince héritier.

* Arabie saoudite / Irak : Le secrétariat général du Haut comité des oulémas en Arabie a exhorté, dans un communiqué diffusé hier, la communauté arabo-islamique à accélérer et à unifier ses efforts afin de secourir des milliers de civils dans la ville irakienne de Faloujah, menacés de famine. « Il faut éradiquer Daech mais il ne faut toutefois pas occulter la tragédie que vivent les habitants de Faloujah. Les Musulmans sont frères en toutes circonstances ».

* Arabie saoudite / Eau : AL-Riyadh relaie les déclarations du ministre de l’Eau et de l’Electricité, M. Abdallah AL-Hossain, qui révèle que la moyenne de la consommation quotidienne de l’eau en Arabie atteint 250 litres par personne. L’Arabie est l’un des plus grands consommateurs d’eau au monde. En dépit de toutes les campagnes de rationalisation de la consommation au cours des dix dernières années, aucun effort n’a été fait dans ce secteur.

Interrogé sur le mécontentement des consommateurs, il a indiqué que la tarification de l’eau par le passé était quasiment inexistante et gratuite. Elle ne couvrait même pas la lecture des compteurs et l’impression des factures. Il a appelé les citoyens lésés à ne pas s’acquitter de leurs factures avant vérification.

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 29/03/2016

Haut de page