Presse du 3 & 4 novembre 2015

Mots clés : Conseil des ministres – Elections turques – France / Arabie – Arabie / Soudan – Arabie / Sommet ASPA – Arabie / Pakistan – Arabie / Etats-Unis / Energie – Arabie / Electricité – Arabie / Economie –Arabie / Tchad – Arabie / 9ème conférence des ministres de la Culture – Arabie / Banque mondiale – Arabie / Nucléaire – Arabie / Climat.

Titres Généraux :

Sharq Al Awsat : * Sommet saoudo-soudanais à Riyad et signature de quatre accords.

Al Watan : * Quatre sommets saoudo-soudanais en 8 mois.

Al Hayat  : * Entrainement aérien américano-russe au-dessus de la Syrie.

AL Riyadh : * Le Conseil des affaires politiques passe en revue les développements et les évènements régionaux et internationaux.

Al Jazirah : * Le ministre saoudien des Finances : L’Arabie est capable de surmonter la phase de la baisse des cours du pétrole, notre économie est en croissance et Moody’s n’a pas fait preuve de complaisance.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Conseil des ministres : Le Roi a présidé la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue au palais Al-Yamama à Riyad.

Il a informé les ministres des résultats de ses entretiens téléphoniques avec le Roi de Jordanie, avec le Président Obama, avec le Président Poutine, ainsi que des audiences accordées aux Présidents somalien et tchadien et au ministre britannique des Affaires étrangères.

Les ministres ont passé en revue les derniers développements régionaux, les résultats des réunions et des concertations internationales, et ont pris connaissance du communiqué commun publié à Vienne au sujet de la solution politique pour mettre un terme à la crise syrienne, comme convenu par les 17 pays, et les résultats de l’entente commune au sujet de certains points. Ils ont souhaité que les participants parviennent, lors de leurs prochains entretiens à une convergence de vues et à une unification des rangs et des discours, de façon à garantir un meilleur avenir à la Syrie.

L’Arabie a dénoncé les crimes incessants perpétrés par les autorités d’occupation israéliennes et les colons contre les citoyens palestiniens et les sacralités islamiques. Ils ont également condamné la politique d’exécution de l’armée israélienne qui commet les pires formes de terrorisme organisé contre le peuple palestinien. Ils ont appelé la communauté internationale à agir rapidement afin d’assurer la protection du peuple palestinien et à faire cesser les injustices dont il est victime.

Les ministres ont présenté leurs condoléances aux gouvernements et aux peuples du Pakistan et d’Afghanistan pour les victimes du séisme ravageur qui a frappé leur pays la semaine dernière. Ils ont également présenté leurs condoléances à la Russie pour les victimes du crash de l’avion qui s’est écrasé au-dessus du Sinaï.

Sur la scène locale, le Conseil des ministres a insisté sur la teneur du discours du Roi à l’occasion de l’audience accordée au ministre de la Culture, aux intellectuels, aux rédacteurs en chef des media locaux, aux journalistes et aux écrivains.

Il a fermement dénoncé et condamné l’attentat perpétré contre une mosquée de Najran : de tels attentats renforcent la solidarité et la cohésion entre les Saoudiens qui ont conscience des plans de ces terroristes et de ceux qui sont derrière eux, prenant pour cible la sécurité, la stabilité et la concorde dans le pays.

Les ministres ont souligné l’importance de la 6ème réunion ministérielle pour la scission et le stockage du carbone, organisée, sous le patronage du Roi, par le ministère du Pétrole et des Ressources minières, en présence d’environ 250 ministres, responsables et experts, dans le domaine de l’énergie, de l’environnement et du développement durable, qui se tient un mois avant la COP 21 à Paris : il s’agit d’un point de départ pour le renforcement des contributions de l’Arabie, pays d’accueil du forum, qui soutient depuis longtemps les énergies propres et la limitation des émissions de gaz à effet de serre, sans porter atteinte à la croissance économique, au développement social et à la protection de l’environnement.

Les ministres ont mandaté le ministre des Finances d’examiner avec la partie soudanaise des accords-cadres entre le ministère des Finances (PIF) et son homologue au Soudan, des projets agricoles et aquatiques.

* Elections turques : Abdul Rahman Al-Rached consacre sa tribune dans Al-Charq Al-Awsat à la victoire écrasante d’Erdogan. Un seul sujet mérite d’être souligné, à savoir que la victoire de son parti bloquera la route au projet iranien en Syrie.

Il est certain qu’Erdogan est, aujourd’hui, plus fort qu’au cours des cinq derniers mois, alors qu’il ne disposait pas d’une majorité absolue au Parlement. Force est de reconnaitre que la Turquie est l’un des pays les plus influents dans la crise syrienne, compte tenu de ses frontières avec ce pays et de ses possibilités énormes.

La victoire d’Erdogan a certes déçu les espoirs du régime syrien et de l’Iran, espérant un affaiblissement d’Erdogan et de son parti au cours des négociations actuelles. L’affaiblissement de la Turquie entraînera forcément celui du camp saoudo-qatarien qui fait face à des défis de taille.

A cela s’ajoutent les Etats-Unis qui demeurent en spectateurs et acteurs de réserve, ne faisant rien de substantiel et l’Europe qui se contente de discours. La Russie a eu le courage d’entrer dans le jeu et tente ainsi d’imposer une solution militaire qui conviendrait davantage au camp syro-iranien.

Quoi qu’il en soit, l’heure est aujourd’hui aux alliances, d’autant qu’aucun pays ne peut, isolément, faire face au chaos ambiant, ni réprimer les forces résolues à bouleverser la géographie de la région par la force. Le trio, Turquie, Egypte et Golfe est susceptible de changer la donne.

* Al-Riyadh du 3 novembre consacre également son éditorial à la victoire d’Erdogan et au retour de son parti, l’AKP, au pouvoir, parti qui mène une guerre sans merci avec l’armée, contre le terrorisme.

Les performances économiques de ce parti ont encouragé les électeurs à voter en sa faveur. Ceux-ci ont opté pour la stabilité plutôt que pour le changement.
La stabilité de la Turquie n’est pas une revendication nationale uniquement mais aussi régionale. Ankara est un partenaire important de la guerre contre le terrorisme et joue un rôle central dans le changement qui frappe la région. Ses relations privilégiées avec Riyad poussent les deux pays à constituer un front capable de contrôler la scène au Moyen-Orient, compte tenu du chaos régnant actuellement.

L’Arabie espère que la Turquie jouera un rôle pionnier, grâce à une coopération vitale et complémentaire, qui inclura d’autres puissances régionales telles que l’Egypte. Cette coopération complémentaire est indispensable, compte tenu de la recrudescence des actes terroristes en Afrique du Nord et au Sud de la Méditerranée.
Le succès de l’AKP a anéanti les espoirs de ceux qui espéraient la déliquescence du parti et le délitement du phénomène « erdoganien » qui est désormais appelé à perdurer. Un poids important pèse sur le Président, à savoir la pérennité de la croissance économique et de la stabilité en tant que paramètres du succès politique, à l’heure où la région et la Turquie font face à des mutations économiques et politiques préoccupantes.

II - AUTRES INFORMATIONS

* France / Arabie saoudite : La SFDA a levé l’interdiction d’importation de viandes bovines de France. Cette décision a été prise après un rapport de l’équipe technique de l’Autorité qui a pris connaissance du rapport sur les conditions techniques et sanitaires nécessaires pour reprendre l’exportation de viandes de vaches vers l’Arabie (Al-Hayat, 03/11).

* Arabie saoudite / Soudan : La presse indique que le Roi a reçu le Président soudanais, Omar Bachir, avec qui il a passé en revue la coopération bilatérale et les moyens de la développer dans tous les domaines ainsi que les derniers développements régionaux.

A l’issue des entretiens, quatre accords ont été signés entre les gouvernements saoudiens et soudanais : un projet d’accord cadre pour un projet urgent visant à régler le déficit en électricité et une centrale électrique sur la mer rouge d’une capacité de 1000 mégawatts ; un accord-cadre relatif à l’eau ; un accord-cadre pour le financement de barrages ; et enfin un accord pour un partenariat dans les investissements agricoles.

* Arabie saoudite / Sommet ASPA : Le 4ème sommet Amérique du Sud-Pays arabes, prévu mardi prochain à Riyad portera sur de nombreux sujets, dont l’accord sur le changement climatique, le TNP nucléaire, la situation en Syrie, au Yémen, en Libye. Les participants évoqueront également les moyens de renforcer la coopération dans les domaines de l’économie, de la culture, de l’éducation, de l’enseignement, des sciences, de la technologie et de la protection de l’environnement.

* Arabie saoudite / Pakistan : Le vice-Prince héritier, le Prince Mohamed bin Salman, a reçu hier le CEMA pakistanais, avec qui il a évoqué la coopération militaire en particulier.

* Arabie saoudite / Etats-Unis / Energie  : Le vice-Prince héritier a reçu hier le Secrétaire américain à l’Energie, Ernest Moniz, avec qui il a évoqué la coopération bilatérale et la coordination dans le domaine énergétique.

Le groupe de travail « saoudo-américain » de l’énergie, a tenu sa réunion annuelle hier à Riyad, sous la co-présidence du vice-ministre du Pétrole, le Prince Abdul Aziz bin Salman, et du Secrétaire américain adjoint à l’Energie, en présence des ministres saoudien du Pétrole et américain de l’Energie.

Les participants ont évoqué de nombreux dossiers dont la situation des marchés pétroliers internationaux, le programme saoudien de rationalisation de l’utilisation de l’énergie, et les plans futurs, ainsi que les pourparlers internationaux relatifs à l’environnement et au changement climatique.

* Arabie saoudite / Electricité  : Le Gouverneur de l’Autorité de régulation de l’électricité et de la production mixte, Dr Abdallah Al-Chehry, s’attend à ce que la Compagnie d’électricité réalise des bénéfices financiers de l’ordre de 100 milliards de riyals, suite à la mise en opération des compteurs électriques intelligents. Celle-ci a l’intention d’en installer 200 mille dans le cadre de sa stratégie visant à en poser 8,5 millions dans tout le pays (Al-Watan).

* Arabie saoudite / Economie : Toute la presse relaie les résultats du rapport de l’agence de notation Moody’s sur l’Arabie, qui juge que l’économie de celle-ci demeure forte relativement, en dépit d’un début d’affaiblissement de la situation financière induit par la baisse des cours du pétrole et son impact sur le budget et sur les relevés financiers. L’agence s’est déclarée confiante dans les mesures que prendra le Royaume pour remédier à la situation, en prévoyant un déficit budgétaire de l’ordre de 110 milliards de dollars pour 2015.

S’adressant à la chaîne Al-Ekhbariyah, le ministre des Finances, Dr Ibrahim AL-Assaf, a confirmé que l’Arabie est parfaitement capable de traverser la phase de baisse des cours du pétrole, comme elle l’a fait par le passé. Le secteur privé se développe et nous réussirons à relever ce défi. Le gouvernement saoudien est prêt à affronter la conjoncture actuelle, ayant abaissé le taux d’endettement et bâti des réserves considérables. En outre, d’autres mesures sont prévues pour soutenir le secteur financier.

* Arabie saoudite / Tchad  : Le vice-Prince héritier, le Prince Mohamed bin Salman, a reçu hier le Président tchadien, avec qui il a examiné la coopération bilatérale et les moyens de la renforcer (presse du 03/11).

* Arabie saoudite / 9ème conférence des ministres de la Culture : La presse du 3 novembre relaie de larges extraits de l’allocution d’ouverture de la 9ème conférence des ministres de la Culture qui a eu lieu à Mascate et qui a été lue par le ministre saoudien, Dr Adel Al-Turaifi. Il a notamment indiqué que « la oumma arabe traverse actuellement une période très difficile dans divers domaines, et doit faire face à des courants idéologiques divers qui doivent nous pousser à élaborer des stratégies à long terme afin de contribuer à la préservation de son entité authentique, de son unité forte et de ses constantes essentielles ».

De son côté, le ministre iranien de la Culture, n’a pas réussi à obtenir le soutien de ses homologues en critiquant la gestion du pèlerinage par l’Arabie et en préconisant que chaque Etat assume ses responsabilités durant cette période. Il ne faut pas, a-t-il ajouté, que le pèlerinage soit le monopole de l’Arabie. Ce à quoi le ministre saoudien a riposté en précisant que l’Arabie accomplit son devoir comme requis. Il a refusé que soit exploité le dernier incident de Mona à des fins politiques, et a demandé au représentant iranien de ne pas s’immiscer dans les affaires internes du Royaume (presse du 03/11).

* Arabie saoudite / Banque mondiale : Al-Charq Al-Awsat relaie les déclarations du directeur régional de la BM, Dr Nader Mohamed, qui a indiqué que l’Arabie bénéficie d’un climat d’affaires et d’investissements très compétitif, en raison de son économie solide et de ses capacités à une croissance continue. Elle a réussi à absorber les secousses induites par les fluctuations des cours du pétrole.
La coopération se poursuit entre l’Arabie et la BM, d’autant que la première est un partenaire stratégique de la Banque dans plus d’un domaine. Celle-ci n’hésitera pas à fournir au Royaume les programmes qui seraient de nature à renforcer et à soutenir les tendances économiques (03/11).

* Arabie saoudite / Nucléaire : Al-Hayat relaie les déclarations du Président de la Ka-Care, Dr HAchem Yamani, selon lesquelles l’Arabie aurait franchi l’étape des « quantités limitées » d’uranium enrichi vers celle de l’application totale, qui étaie le programme nucléaire saoudien et permet à l’Arabie d’acquérir ses besoins en technologie nucléaire à des fins pacifiques. L’Arabie applique « les plus hauts niveaux de transparence » dans la mise en œuvre des mesures de garantie avec l’AIEA (Al-Hayat).

* Arabie saoudite / Climat  : Selon un article paru dans Al-Riyadh du 3 novembre, l’Arabie a respecté tous ses engagements en matière de changement climatique, via deux démarches essentielles qui visent à réduire les émissions de gaz à effet de serre.

La première démarche s’appuie sur la diversification de l’économie afin de renforcer la souplesse du Royaume et sa capacité à gérer les conséquences économiques et sociales induites par les mesures prises afin de mettre un terme à l’utilisation des hydrocarbures, dans un cadre qui garantit le développement à long terme, à l’ombre de scénarii qui visent à établir un monde imposant des contraintes très strictes sur le phénomène de réchauffement climatique.

Quant à la deuxième démarche, elle associe des mesures d’harmonisation ainsi que les avantages de la limitation des effets néfastes dans les domaines de la rationalisation de la consommation de l’eau, de l’urbanisation, de la protection de l’environnement marin, la limitation de la désertification. C’est ce qui entrainera l’élimination du carbone de tout ce qui a trait aux forêts.

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 05/11/2015

Haut de page