Presse du 31 mai 2016

Mots clés : Conseil des ministres –Arabie / U.E. / Conférence de presse – C.C.G. / U.E. - Etats-Unis – France / Islam – Syrie – Arabie / Allemagne – Arabie / Yémen / Militaire – Arabie / Etats-Unis – Arabie / Turquie / Militaire.

Titres Généraux :

Al Hayat : * Le Conseil des ministres réitère la détermination du Royaume à assurer la sécurité, la sûreté et le bien-être des pèlerins.

AL Riyadh : * Le Roi souhaite la bienvenue aux dirigeants du C.C.G. à l’occasion de leur sommet consultatif aujourd’hui à Djedda.

Al Jazirah : * Le Roi présidera le sommet consultatif du C.C.G. aujourd’hui à Djedda.

Sharq Al Awsat  : * Le Roi Salman plaide en faveur d’une coopération accrue à la veille du sommet du C.C.G.

Okaz  : * Sommet du C.C.G. : Refus catégorique des nuisances iraniennes et des plans de politisation du pèlerinage.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Conseil des ministres : Le Roi a présidé la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue hier au Palais Al-Salam à Djedda. Il a souhaité la bienvenue aux chefs d’Etats membres du C.C.G. à l’occasion de leur 16ème sommet consultatif. Il a informé les ministres des résultats de ses entretiens avec le ministre britannique des Affaires étrangères.

Il s’est enquis des préparatifs en cours pour l’accueil des pèlerins en prévision du mois de Ramadan et a recommandé aux responsables de s’assurer que les meilleurs services sont rendus aux visiteurs des Lieux saints, compte tenu des responsabilités et des devoirs qu’assume le Royaume à l’égard des Musulmans. Il leur a également demandé de garantir la sécurité, la sûreté et le bien-être des pèlerins et d’intensifier les efforts afin d’assurer le climat propice à la piété.

Les ministres ont salué également le parrainage du Roi de certaines manifestations : la célébration du cinquantenaire de la fondation de l’université du Roi Abdul Aziz ; le match de la coupe de football du Serviteur des Lieux saints.

Ils ont fait l’éloge des efforts déployés par le ministère de la Justice et des autorités judiciaires en matière d’unification de la justice pénale et de l’accélération des jugements.

Ils ont passé en revue des rapports sur les derniers développements dans la région et dans le monde et se sont félicités du communiqué publié à l’issue de la réunion ministérielle de dialogue stratégique entre le C.C.G. et la Russie, du communiqué commun à l’issue de la deuxième réunion de dialogue stratégique entre les ministres des Affaires étrangères du C.C.G. et leur homologue canadien et enfin des résultats de la réunion entre les MAE du C.C.G. et leur homologue britannique.

Le Conseil des ministres a également ratifié des mémorandums d’entente et de coopération avec la Malaisie (dans le domaine scientifique, technique et industriel), la Bulgarie (tourisme), la Géorgie (consultations politiques), Singapour et la Malaisie (logements) et enfin avec la Russie (protection de la biodiversité).

* Arabie saoudite / U.E. / Conférence de presse  : La presse relaie des extraits de la conférence de presse donnée hier conjointement à Djedda par le chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, et le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Jubair, à l’issue de leurs entretiens, au cours desquels ils ont évoqué les sujets d’intérêt commun, l’économie, les visas, l’éducation et la contribution européenne à la mise en œuvre de la vision 2030 de l’Arabie, ainsi que la situation au Liban, au Yémen, en Syrie, en Irak et en Libye et la coopération dans la lutte contre le terrorisme et le fanatisme.

Al-Jubair dernier a notamment indiqué que les aspirations du peuple syrien à bâtir un nouvel Etat excluant Bachar Assad vont se concrétiser. Le peuple syrien demande à la communauté internationale d’adopter des positions plus fermes vis-à-vis du régime syrien et de le contraindre à répondre aux revendications internationales et « nous le soutenons ». « Nous apprécions les positions des Etats membres de l’U.E. qui soutiennent les frères syriens et nous les remercions également pour le soutien économique qu’ils offrent aux réfugiés syriens, tant dans les pays voisins qu’en Europe.

Il y a un consensus international qui stipule que le règlement doit se faire en vertu de Genève 1 et de la résolution du Conseil de sécurité 2254. Il y a également un soutien militaire à l’opposition syrienne modérée qui se poursuivra. (…) Il est désormais évident que le sérieux requis fait défaut et c’est pourquoi les Syriens demandent à la communauté internationale des positions plus fermes à l’égard du régime syrien.
S’agissant de l’Irak, « nous sommes soucieux de l’application des réformes convenues en 2014, en accordant des droits égaux à toutes les communautés, tout en préservant l’unité de l’Irak et en permettant au pays de lutter contre le terrorisme. Sur le Yémen, nous avons salué les négociations actuelles au Koweït en espérant qu’elles mèneront à une solution adéquate. Nous avons convenu de soutenir le gouvernement du Premier ministre libyen ».

Al-Jubair a ajouté qu’il était convaincu « de l’existence, malheureusement, de dysfonctionnements dans la mise en œuvre des résolutions internationales. IL y a des Etats qui atermoient et qui refusent de mettre en œuvre les résolutions, d’autres qui les ignorent totalement, certains qui les mettent en œuvre partiellement ».

* C.C.G. / E.U.  : Al-Riyadh intitule son éditorial : « Le C.C.G. et l’U.E. après la sortie de la Grande-Bretagne », à l’approche du référendum du 23 juin.
Tant les Etats-Unis, que la France et l’Allemagne craignent un effondrement de l’U.E. en cas de Brexit ou tout au moins, un affaiblissement de la présence européenne sur la scène mondiale, déjà diminuée depuis la seconde guerre mondiale au profit de la suprématie américaine.

Il est certain que les partenaires de l’U.E., dont les pays du C.C.G., accueillent régulièrement des délégations européennes afin d’approfondir et de nouer des partenariats et une coopération entre ces deux blocs importants. Ils guettent donc les résultats de ce référendum, d’autant qu’une réévaluation de la nouvelle situation de l’U.E. aura lieu en cas de Brexit, qui affaiblira et minimisera le prestige de cette union, qui aura perdu un pilier important. La décision politique adoptée à Bruxelles n’aura plus un écho influent après la sortie de Londres. Les relations économiques affaibliront la croissance de l’U.E. et diminueront les chiffres des échanges commerciaux avec les pays du C.C.G.

Ces derniers devront évaluer la capacité du groupe à résister. Il faudra regarder de près l’Allemagne et la France précisément qui luttent férocement en faveur de la cohésion du groupe pour éviter qu’il ne soit emporté par les crises, qu’il s’agisse du référendum, de la force de l’Euro, de la montée de l’extrême-droite en Europe, qui constitue incontestablement le prochain test de la cohésion européenne.

* Etats-Unis : Dans sa tribune quotidienne dans Al-Charq Al-Awsat, Abdul Rahman Al-Rached se demande si la politique d’Obama perdurera après son départ, d’autant que depuis son arrivée à la Maison blanche, celle-ci n’a pas été conforme aux constantes américaines traditionnelles, voire a suscité un choc tant dans les pays du Golfe qu’en Israël, lequel a jugé que l’accord nucléaire iranien est un changement dangereux dans les règles du jeu.

La question est de savoir si cette politique actuelle est le propre d’Obama qui exprime sa vision du monde, ou reflète-t-elle un changement stratégique à Washington, évoqué plus d’une fois par Obama.

Le prochain Président, ou la prochaine, lui emboîtera-t-il donc le pas et continuera-t-il à se dissocier de la région ou reviendra-t-il à la politique de Bush et de ses prédécesseurs ?

Il reste peu de temps pour le savoir. Dans six mois, Obama remettra les dossiers à son successeur, notamment ceux de quatre guerres simultanées au Moyen-Orient, fait inédit depuis la seconde guerre mondiale. Le terrorisme s’est amplifié plus que jamais. Bien qu’ayant annoncé que sa politique consiste à se retirer des guerres du Moyen-Orient, il n’en demeure pas moins que son pays conduit une coalition militaire de lutte contre Daech en Irak et en Syrie et n’a jamais cessé de combattre Al-Qaeda au Yémen.

(…) Ceci dit, à l’horizon présidentiel, deux candidats émergent : Donald Trump et Hilary Clinton. Il est extrêmement difficile de prévoir comment réfléchit le premier, hormis ce qui a filtré dans ses déclarations électorales qui laissent penser qu’il n’est pas contraint par la politique d’Obama. Quant à Clinton, ses positions politiques laissent croire qu’elle est prête à coopérer avec l’Iran à des conditions plus strictes.
En attendant l’élection américaine, la situation au Moyen-Orient risque de se dégrader davantage. En Syrie, les négociations n’ont pas beaucoup de valeur. Les batailles d’Irak n’éradiqueront pas les groupes terroristes. Obama lègue à son successeur une table foisonnant de dossiers dangereux en suspens qui risquent de le contraindre à réactiver le rôle des Etats-Unis dans cette région du monde.

* Quant à Al-Watan, il publie la tribune libre de M. Ali Saad Al-Moussa, consacrée aux élections américaines, et dans laquelle le journaliste avoue souhaiter le succès de Donald Trump et le retour des Républicains à la Maison blanche. La doctrine des Républicains est fondée sur le capitalisme et la création d’emplois, contrairement aux Démocrates qui croient dans les principes socialistes.
(…) En outre, selon un rapport publié dans le Washington Post, quatre grandes sociétés, appartenant majoritairement à Donald Trump opèrent en Arabie. « Or, à mon avis, le capital est lâche et n’apprécie pas les aventures politiques. Il est évident que les relations saoudo-américaines se développent et prospèrent sous chaque Président républicain ».

« D’aucuns pourraient me poser la question, quid de ses déclarations sur les Musulmans ? La réponse apparaît dans la lecture de l’histoire des carnavals électoraux, foisonnant de discours exaltés bons à la consommation, qui n’ont de cesse de s’évaporer et de fondre dès l’entrée du candidat à la Maison blanche. La notion électorale démocratique est fondée essentiellement sur les intérêts économiques et non sur les labyrinthes de la politique. En tant que Saoudien, mon intérêt se trouve avec Donald et non avec Hillary ».

II - AUTRES INFORMATIONS

* France / Islam  : Un article dans Al-Riyadh rend compte de la clôture des travaux de la conférence des « jeunes Musulmans face au terrorisme » qui se déroule à Strasbourg et relaie notamment des extraits de l’intervention du Secrétaire général de la LIM qui confirme que les Musulmans partout dans le monde saluent les efforts que déploie l’Arabie et condamnent les agissements et les opinions de l’Iran qui a refusé de signer l’accord sur le pèlerinage.

La conférence a porté sur des sujets importants dont les jeunes et la manière de les protéger du fanatisme, du terrorisme et de l’extrémisme, d’autant qu’ils sont l’avenir de la oumma (Al-Riyadh).

* Syrie  : La décision de démission de Mohamed Allouch, le chef des négociateurs du Haut comité de l’opposition issu de la conférence de Riyad, a levé le voile sur l’intention de modifier la composition de la délégation des négociations afin qu’elle soit plus adaptée aux mutations sur la scène syrienne.

Des sources fiables ont révélé que le haut comité a l’intention de confier les postes principaux à des diplomates dissidents disposant des expériences nécessaires pour aller de l’avant dans le processus de négociations. Le Haut comité se réunira au cours de la prochaine dizaine à Riyad afin de fixer la nouvelle composition (Al-Charq Al-Awsat).

* Arabie saoudite / Allemagne : Le vice-Prince héritier a reçu un appel téléphonique de la ministre allemande de la Défense qui a manifesté l’intérêt de son pays à la vision 2030 de l’Arabie et la volonté du gouvernement allemand de renforcer la coopération bilatérale.

* Arabie saoudite / Yémen / Militaire  : Le commandement de la coalition au Yémen a révélé que les forces de défense aériennes saoudiennes ont intercepté hier un missile balistique tiré du Yémen vers le territoire saoudien. Il a été détruit sans causer de dommages. Les forces aériennes ont immédiatement détruit la base de lancement après avoir identifié sa position.

Dans son communiqué, le commandement indique qu’il risque d’être contraint de revoir sa politique de sang-froid et de prendre toutes les mesures nécessaires pour défendre la souveraineté saoudienne.

* Arabie saoudite / Etats-Unis : Une délégation de conseillers et d’adjoints aux membres du Congrès américain, actuellement en visite en Arabie, s’est informée des activités du centre du Roi Salman pour les secours et les actions humanitaires, de ses programmes exécutifs notamment au profit des Yéménites et autres populations sinistrées ailleurs dans le monde.

* Arabie saoudite / Turquie / Militaire : Les forces aériennes saoudiennes, ainsi que des forces pakistanaises, italiennes et de l’OTAN, ont participé aux exercices « aigle de l’Anatolie 4-2016 » organisés par la Turquie sur sa base aérienne de Konya depuis hier.

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 31/05/2016

Haut de page