Presse du 6 janvier 2016

Mots clés : Arabie / Iran – Arabie / Syrie / Nations unies – Arabie / Egypte – O.C.I. / Femmes – Arabie / Economie – Arabie / Intérieur / Aramco – Arabie / Energie – Arabie / Aéroports / Privatisation.

Titres Généraux :

Al Hayat : * Nouvelles mesures prises par les pays du Golfe pour riposter aux attaques iraniennes.

AL Riyadh  : * Le conseil ministériel du C.C.G. étudie les répercussions de l’attaque contre les missions diplomatiques saoudiennes.

Al Jazirah  : * Le ministre britannique de la Défense dénonce les attaques iraniennes.

Sharq Al Awsat : * Confusion à Téhéran. Les pays du Golfe se dirigent vers une suspension des accords.

Okaz  : * L’isolement de l’Iran augmente. Les silencieux seront testés dimanche.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Arabie saoudite / Iran  : Quelques heures après la condamnation par le Conseil de sécurité des attaques contre l’ambassade et le consulat d’Arabie en Iran, les pays du Golfe ont poursuivi leurs mesures contre les violations de Téhéran, marquant ainsi leur solidarité avec l’Arabie.

Les observateurs s’attendent à une escalade de ces mesures lors des réunions ministérielles du C.C.G. et de la Ligue arabe, prévues samedi et dimanche, consacrées aux violations par l’Iran des lois et des chartes internationales et à ses ingérences dans les affaires des pays arabes.

De son côté, le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel Al-Jubair, s’est engagé, lors de ses entretiens avec son homologue égyptien, à « mettre en exergue le rôle négatif de l’Iran et ses violations des lois et des chartes internationales. Tout le mal provient de l’Iran ». Il a ajouté qu’il ne connait pas le contenu de l’initiative de médiation russe mais les violations et les mouvements hostiles proviennent d’un seul pays et non des deux. Au cours des 35 dernières années, l’Arabie n’a jamais entrepris une action belliqueuse contre l’Iran. Mais depuis la révolution, l’Iran agit de façon négative et hostile envers l’Arabie, s’ingère dans les affaires de la région, soutient le terrorisme, enrôle les habitants de la région afin qu’ils agissent contre leurs sociétés. L’Iran achemine des armes et des explosifs vers les pays de la région afin de les déstabiliser. Ce sont des agissements inacceptables. Elle incite au terrorisme, à la violence et au fanatisme. Elle protège des terroristes et des individus inculpés pour terrorisme. Elle leur accorde des passeports iraniens et ne respecte pas les lois internationales, notamment en matière de protection des missions diplomatiques. L’escalade et les actions hostiles proviennent toutes de l’Iran. Si celle-ci veut jouer un rôle positif et normal dans la région, elle doit mettre un terme à de telles actions et se comporter comme tout Etat qui cherche à établir des relations de bon voisinage.

* De son côté, le Premier ministre turc a appelé l’Arabie et l’Iran à utiliser les canaux diplomatiques pour calmer les tensions en révélant que « la Turquie est disposée à jouer le rôle de médiateur ».

* La décision prise par l’Arabie de rompre ses relations avec l’Iran et l’effet domino provoqué dans d’autres pays du Golfe et arabes, a provoqué une grande confusion dans divers courants politiques et milieux sécuritaires en Iran, qui s’interrogent sur l’identité des auteurs de l’attaque et les mobiles politiques. Selon le journal « Iran », proche du gouvernement, des parties politiques tentent « d’exploiter » l’attaque dans le cadre d’une campagne électorale effrénée entre les courants iraniens, alors que le journal « Charq » juge dans son éditorial que l’Iran paie un prix politique, médiatique et judiciaire très élevé.

* C.C.E.A.G.  : Le Secrétaire général du C.C.E.A.G. a annoncé qu’une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères du C.C.G. aura lieu samedi à Riyad, sous la présidence d’Al-Jubair, afin d’examiner les conséquences de l’attaque contre l’ambassade et le consulat saoudiens en Iran.

Selon une source du Golfe, les ministres pourraient envisager, lors de cette réunion, la suspension des accords sécuritaires et militaires entre les pays membres et l’Iran.

* Le vice-Prince héritier Mohamed bin Salman a reçu deux appels téléphoniques, l’un du ministre britannique de la Défense et l’autre du ministre malaisien de la Défense, condamnant et dénonçant les attaques iraniennes et marquant leur solidarité avec l’Arabie.

* Interview de l’ambassadeur russe : Dans une interview accordée à Al-Charq Al-Awsat, l’ambassadeur russe auprès de Riyad a révélé que Moscou s’apprête actuellement à contenir les tensions entre Riyad et Téhéran, après que cette dernière se soit excusée ouvertement aux Nations unies pour cette agression. Moscou est prête à apporter son soutien à toute forme de dialogue direct entre Riyad et Téhéran, à quelque niveau que ce soit. Elle est convaincue que le rapprochement entre les deux pays servira l’action politique et sécuritaire dans toute la région et la crise syrienne en particulier.

Il a également confirmé, par la même occasion, l’importance du rôle de l’Arabie vis-à-vis de la crise syrienne, démentant que son pays ait contesté la conférence de Riyad. Certes, les personnalités que Moscou souhaite inclure ont des idées différentes et il serait souhaitable que la délégation soit élargie à l’ensemble de l’opposition syrienne et en soit représentative.

* Dans une tribune publiée dans AL-Hayat, Mazen Al-Sudairy se demande pourquoi Nimr a parié sur l’Iran pour assurer sa protection. Nimr a suivi ses études universitaires en Iran, lors de la révolution. La majeure partie de cette génération a totalement adhéré aux thèses révolutionnaires de Khomeiny.

Le journaliste brosse un tableau des relations saoudo-iraniennes et des phases qu’elles ont connues. Nimr n’a commencé à faire réellement entendre sa voix que sous le mandat de l’extrémiste Ahmadinejad. Ses discours attisaient la haine communautaire, bien que de nombreux oulémas chiites les réfutaient. Son projet n’était pas tant politique que destructeur et semeur de discordes. Il s’imaginait devenir le Khomeiny de la péninsule arabe. Contrairement à ce dernier, à qui nul ne dénie ses qualités d’ouléma chevronné, Nimr n’était pas un grand penseur ou ouléma.
Nimr, a tenté d’emprunter la personnalité de Khomeiny, sans prendre en compte les différences fondamentales avec lui, oubliant que son épouse a été soignée à l’étranger aux frais du gouvernement et que ses enfants ont été également boursiers de l’Etat saoudien.

« Je pense que l’homme a été victime de son horizon étriqué. Il a peut-être reçu des promesses iraniennes utopiques de le protéger et de l’échanger, après avoir été exploité pour exacerber les haines sectaires et le terrorisme, qui ont entraîné sa condamnation. Le problème découle des rêves dans sa tête, jusqu’à sa décapitation ».

* Dans Okaz, Khaled Al-Souleiman fustige les Etats-Unis qui se permettent de donner des leçons en matière de tensions religieuses communautaires. Ce sont eux qui ont pourtant tué Oussama bin Laden sans autre procès et ont balancé son corps dans la mer. Ce sont eux qui ont livré Saddam à la pendaison de Nouri Al-Malki le jour de la fête d’Al-Adha.

Il est étrange que les Etats-Unis donnent des leçons en matière de libertés et de Droits de l’Homme, alors que des détenus sont toujours emprisonnés à Guantanamo sans procès depuis des années. Ils ont été complices des atrocités de la prison d’Abou Ghreib en Irak, et ont tué, de leur propre aveu, des milliers de Musulmans innocents par erreur, sans présenter d’excuses ou indemniser les familles des victimes.

Les Etats-Unis tuent partout où leurs intérêts sont menacés sans respecter les principes et les slogans des Droits de l’Homme et gardent, pourtant, un mutisme absolu sur le massacre quotidien des Palestiniens.

Il faut noter également le flirt entre le grand Satan et les Etats-Unis, au point de ne plus distinguer le turban du Sayed et le haut de forme de l’oncle Sam. Ils encouragent les pays à lutter contre le terrorisme mais tentent par la suite de protéger les terroristes et de les sauver. Il s’agit uniquement de servir leurs intérêts à leur gré.

* Arabie saoudite / Syrie / Nations unies : Le ministre des Affaires étrangères, Al-Jubair, a reçu hier l’envoyé onusien spécial pour la Syrie, de Mistura, à qui il a confirmé que l’Arabie est résolue à soutenir le peuple syrien et est soucieuse d’empêcher Assad de jouer un rôle quelconque. Cette visite représente une occasion de concertation et d’échanges de vues afin de pousser le processus pacifique en Syrie vers l’avant, sur la base de Genève 1, des réunions de Vienne et de la récente réunion de New York.

Le ministre a également informé son interlocuteur des résultats de ses réunions avec les membres de l’opposition syrienne qui se trouvent à Riyad, afin de former une équipe de négociateurs. Ils ont évoqué les prochaines étapes en vue de parvenir à une solution pacifique à la crise syrienne. Nous continuerons à offrir toutes formes de soutien militaire, politique et économique à tout le peuple syrien et nous poursuivrons le travail avec vous et avec la communauté internationale espérant parvenir à une solution politique à la crise syrienne sur base des principes de Genève.

II - AUTRES INFORMATIONS

* Arabie saoudite / Egypte  : Le conseil de coordination saoudo-égyptien a tenu hier sa 3ème réunion à Riyad, sous la co-présidence du vice-Prince héritier, du ministre saoudien des Finances et de la ministre égyptienne de la Coopération internationale. Les présents ont évoqué la mise en œuvre des conclusions de la dernière réunion, relatives aux accords de coopération mixte, aux mémorandums d’entente et aux projets ainsi que de nombreux sujets dans les divers domaines de coopération possibles.

Les participants ont notamment confirmé l’importance de l’achèvement de la mission de la commission de délimitation des frontières maritimes entre les deux pays.

* O.C.I. / Femmes : Quatre femmes arabes ont réussi à atteindre des postes de direction au sein de l’O.C.I. à Djedda. Il s’agit d’une mauritanienne, d’une Saoudienne, d’une Algérienne et d’une Yéménite. Elles sont responsables des affaires culturelles, sociales et médiatiques, de la femme et de la famille et de la gestion des affaires politiques.

La directrice de la presse au sein de l’O.C.I., Maha Oqail, est la première femme à assumer de telles responsabilités. C’est une journaliste saoudienne de la presse anglaise.

* Arabie saoudite / Economie : Selon un rapport de la société « Jadwa » pour l’investissement, le gouvernement saoudien réussira à épargner 7 milliards de dollars par an suite au désubventionnement de l’essence. Toutefois, cette augmentation risque d’entraîner une inflation grave dans les secteurs du logement, de l’électricité, de l’eau et des transports (Al-Hayat).

* Arabie saoudite / Intérieur / Aramco : Un bus d’Aramco a été hier la cible d’une attaque terroriste. Le bus, qui transportait des employés de la société vers Qatif, a été intercepté par quatre individus qui ont lancé des cocktails Molotov. Toutefois les passagers ont réussi à descendre du bus, sans qu’il n’y ait de victimes.
Le Gouverneur de la région Est, le Prince Saoud bin Nayef, a indiqué que son pays frappera d’une main de fer toute personne qui en attaque une autre.

* Arabie saoudite / Energie : La commission royale de Jubail et Yunbu a signé hier avec le groupe saoudien Al-Afandi, un contrat pour la construction du plus grand complexe commercial complet au Moyen-Orient pour la production d’énergie solaire. Selon le Président du groupe saoudien, l’usine sera capable de produire d’ici la fin de l’année des panneaux solaires qui produiront 120 mégawatts (l’équivalent de 450 mille panneaux solaires) par an nécessaires à l’énergie électrique afin de couvrir la demande croissante dans ce domaine. La capacité de production atteindra 1 gigawatt par an à l’achèvement de l’usine (Al-Charq Al-Awsat).

* Arabie saoudite / Aéroports / Privatisation : Peu de jours séparent les aéroports saoudiens de la privatisation. C’est au cours de ce premier trimestre que débuteront les opérations de privatisation, en commençant par l’aéroport international du Roi Khaled à Riyad. Ce processus devrait être achevée d’ici 2020.

Les aéroports saoudiens ne seront plus un fardeau pour le budget saoudien mais au contraire une valeur ajoutée. Ils constitueront un environnement attractif pour la compétitivité et permettront, in fine, une nette amélioration des services offerts.

Le Président de l’organisme saoudien de l’aviation civile, Soulaiman Al-Hamdan, a indiqué, lors d’une conférence de presse donnée hier, qu’au cours du deuxième trimestre c’est le secteur de la navigation aérienne qui sera privatisé, suivi par celui de la technologie des informations et ultérieurement les aéroports régionaux et internes.

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 06/01/2016

Haut de page