Presse du 6 novembre 2014

Mots clés : Arabie / Intérieur – France / Etats-Unis / Iran – France / Arabie / Enseignement supérieur – Arabie / Jordanie – Arabie / Intérieur / Information – Arabie / Media.

Titres Généraux :

Al Watan  : * Les militaires de l’occupation profanent la mosquée Al-Aqsa.

Al Hayat : * Les Saoudiens évitent le « traquenard de la discorde » et saluent les forces de sécurité.

Al Jazirah : * Les notables de Qatif saluent les positions du comité des hauts oulémas et font l’éloge des forces de sécurité qui ont étouffé le feu.

Sharq Al Awsat : * Les oulémas de Qatif et d’Al-Ihsa ripostent contre le terrorisme en confirmant l’unité nationale.

AL Riyadh : * Décret royal dispensant le ministre de la Culture et de l’Information de ses fonctions et nommant le ministre du Pèlerinage ministre de la Culture par intérim.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Arabie saoudite / Intérieur  : Les Saoudiens ont réussi à éviter le « traquenard de la discorde », grâce aux communiqués du Haut comité des oulémas, et des déclarations des oulémas chiites et sunnites qui ont marqué leur attachement à l’unité du pays. Ils ont unanimement salué le courage et la célérité des forces de sécurité qui ont rapidement arrêté les terroristes.

Le ministère de l’Intérieur a annoncé qu’un troisième terroriste a trouvé la mort dans l’incident d’Al-Ihsa : son corps a été retrouvé à proximité d’une ferme dans la ville de Buraydah.

Al-Hayat cite une source de sécurité fiable selon laquelle la cellule qui a perpétré l’attentat contre le village d’Al-Dalawah dans l’Ihsa est composée de 22 éléments, dont trois ont trouvé la mort. L’arrestation des membres a eu lieu concomitamment dans six sites à Riyad, Chaqra, Bouraïdah, Al-Badayeh, Al-Khobar et Al-Ihsa. Le chef de la cellule est un Saoudien revenant d’Irak et de Syrie, arrêté suite à l’affrontement avec les forces de sécurité. 11 éléments avaient été relaxés des prisons saoudiennes où ils étaient détenus pour des affaires sécuritaires et avaient suivi le programme de réhabilitation du Centre du Prince Mohamed. Selon les premiers indices, la partie qui est derrière l’opération serait soit Al-Qaeda ou très probablement Daech.

Des perquisitions ont eu lieu hier à Riyad, notamment dans un appartement dans lequel se terraient des recherchés.

La presse saoudienne publie à l’envi les réactions des oulémas, tant chiites que sunnites, qui condamnent très fermement ces attentats. Le Cheikh chiite, Hassan Al-Saffar, indique notamment « que le but de ces extrémistes terroristes était de faire exploser le tissu social national et d’embraser une discorde confessionnelle. Il faut riposter à ce crime odieux en confortant la cohabitation nationale, en propageant la culture de la tolérance et en incriminant les appels à la haine et les tensions confessionnelles. »

Al-Charq Al-Awsat fait état de plusieurs communiqués signés par des personnalités saoudiennes. Ainsi, un communiqué signé par une cinquantaine de personnalités religieuses, économiques et sociales d’Al-Ihsa, affirme que les auteurs de ce crime ne représentent aucune religion ou communauté. Ils sont les tenants d’une idéologie diabolique malfaisante. Le but de ce crime est de déchiqueter le tissu social et l’unité nationale.

Un autre communiqué signé par les cheikhs et les religieux de Qatif dénonce ce crime odieux et confirme leur soutien aux familles des victimes. Ils ont salué les positions du mufti du Royaume et du haut comité des oulémas.
Des directives ont été données à tous les prédicateurs de dénoncer dans les prêches de vendredi l’attentat d’Al-Ihsa.

* Dans sa chronique quotidienne dans Okaz, Turki Al-Dakhil salue le communiqué des oulémas d’Al-Ihsa, qui est un geste extrêmement important, marqué par le calme et l’apaisement. Ils ont confirmé leur rejet de la discorde et des meurtres et ont salué l’efficacité des autorités sécuritaires.

Le ton équilibré et calme des oulémas a été apprécié à sa juste valeur. Ils ont réussi à étouffer les troubles et à contenir tout discours qui aurait pu avoir des conséquences catastrophiques, en mettant en valeur la fibre patriotique.

Dans cette tragédie atroce, la coopération entre toutes les communautés a été incontestablement la lueur d’espoir positive.

* Tareq Al-Homaid se demande dans Al-Charq Al-Awsat qui est la cible des attentats d’Al-Ihsa. Celui qui s’imagine que ce sont les Chiites qui sont visés fait fausse route. L’objectif est de déstabiliser le pays. Quiconque envisage cet attentat sous l’angle du communautarisme, sert délibérément ou à son insu, les groupes terroristes. Compte tenu du timing, ces derniers avaient l’intention de provoquer une catastrophe et d’entraîner le pays dans la guerre.

* Abdul Rahman al-Rached consacre également sa tribune quotidienne dans Al-Charq Al-Awsat à la lutte contre l’extrémisme, à la suite des incidents de l’Est. Force est d’admettre que le fanatisme ne cesse de croître, aucune mesure sérieuse n’ayant été prise pour lutter efficacement contre ce fléau. Il semblerait qu’on vive au sein de Daech qui se trouve partout et qui a accaparé les esprits de la grande majorité. Le nombre d’humains devenus des barbares ne cesse d’augmenter. Certes, la responsabilité incombe à l’Etat. Ces jeunes qui sont arrêtés chaque jour ne sont-ils pas les victimes de cette culture autorisée et répandue ?

Avons-nous conscience de l’ampleur du problème ? Il ne s’agit plus uniquement d’une affaire sécuritaire. Ils représentent désormais un danger pour toute la société et pour les générations montantes. Chaque fois qu’une génération est traquée, elle est suivie d’une autre bien plus menaçante. Ils incarnent une menace pour la communauté internationale. Tout Saoudien est devenu suspect dans les aéroports du monde et dans ses universités. Il est temps d’assumer nos responsabilités. Le monde va nous éviter comme la peste, comme il le fait maintenant avec les sociétés victimes d’Ebola. Ces gens sont une menace, d’autant que les pays qui nous sont hostiles trouvent une occasion rêvée de retourner la communauté internationale contre nous, de nous isoler davantage et de démolir tout ce que nous avons bâti. Qui va réaliser la gravité du danger qui plane et agira-t-il réellement pour l’empêcher, en ne comptant pas uniquement sur les forces de sécurité ?

La responsabilité de la lutte contre le fanatisme ne doit pas être uniquement laissée aux timorés, aux lâches et aux méfiants. Leur échec est avéré. Ils n’ont rien fait de méritoire tout au long de la décennie écoulée. Les fonds sont toujours collectés, les brochures distribuées, l’idéologie extrémiste envahit les media, les écoles et les universités foisonnent ouvertement d’extrémistes, enseignants et étudiants, ne laissant aucun doute sur l’avenir de ces générations.

Ces propos sévères contre le Royaume ne s’appliquent pas uniquement à l’Arabie mais à l’ensemble des pays du Golfe, à l’Egypte, au Pakistan, à l’Indonésie et aux communautés immigrées en Occident, en fait, à toutes les sociétés dans lesquelles se répand le virus Ebola de l’extrémisme religieux !

* France / Etats-Unis / Iran : Selon un article de Randa Takieddine dans Al-Hayat, Paris et Washington planchent sur une « offre définitive » qui sera présentée à Téhéran. Quelques heures avant les entretiens entre M. Fabius et son homologue américain hier à Paris, une éminente source française a indiqué qu’elle s’attend à ce que les entretiens s’articulent autour du dossier nucléaire iranien et les possibilités que peuvent envisager les six avant le 24 novembre prochain, date à laquelle l’accord final devrait être signé.

Selon la source, la position de l’Iran n’a pas changé quant à son programme d’enrichissement de l’uranium. Il ne réagit pas aux exigences des six qui ne peuvent se soumettre à la demande de Téhéran d’une levée immédiate des sanctions européennes et américaines, après l’accord.

MM. Kerry et Fabius vont évoquer la possibilité d’un accord final qui serait soumis à Téhéran. A la question de savoir si l’Administration américaine était disposée à un règlement, la source a répondu qu’il est difficile de prévoir à quel point les Américains sont disposés à baisser le niveau de leurs revendications vis-à-vis de l’Iran, d’autant que le Président Obama a besoin d’au moins un succès au Moyen-Orient. Bien que Washington souhaite réellement conclure cet accord, l’Administration Obama n’acceptera pas n’importe lequel, à n’importe quelles conditions. Paris et Washington ont les leurs pour clore ce dossier. La coordination entre la France et les Etats-Unis est très importante. Quoi qu’il soit, une nouvelle donne émergera le 24 novembre prochain : soit l’accord est conclu sur la base d’une entente américano-iranienne qui portera également sur des dossiers régionaux ; soit, il n’y a pas d’accord, ce qui affectera les problèmes régionaux et il sera difficile, dès lors, d’impliquer Téhéran dans les solutions.

La source estime qu’il ne sera pas aisé de parvenir à un accord le 24 novembre si la situation demeure inchangée. Si les Américains prennent la décision, au plus haut niveau, d’abaisser le seuil de leurs conditions, les autres pays pourraient également leur emboîter le pas. La France ne pourra pas alors faire cavalier seul si les Russes, les Chinois, les Allemands et les Britanniques approuvent la politique de Washington. Il s’agit d’un choix stratégique que pourrait adopter Obama, de consentir des concessions, avec un Congrès qui ne sera pas permissif, après les élections (Al-Hayat).

II - AUTRES INFORMATIONS

* France / Arabie saoudite / Enseignement supérieur : Le responsable des études supérieures à l’université Al-Imam, Dr Fahd Al-Askar, a rencontré à Paris les responsables de la Sorbonne-Paris 1 afin d’examiner avec eux la reconduction de l’accord de la chaire de dialogue des civilisations.

* Arabie saoudite / Jordanie : Le Roi de Jordanie a reçu hier à Amman le chef des services de renseignements généraux, le Prince Khaled bin Bandar. Ils ont évoqué les sujets d’intérêt commun.

* Arabie saoudite / Intérieur / Information  : Le Roi a promulgué un décret royal dispensant Dr Abdul Aziz Khoja, le ministre de la Culture et de l’Information, de ses fonctions à sa demande, et nommant Dr Bandar Al-Hajjar, l’actuel ministre du Pèlerinage, ministre de la Culture et de l’Information par intérim.

* Arabie saoudite / Media  : Seul Al-Hayat indique que le ministre de la Culture, Dr Khoja, a ordonné la fermeture de la chaîne « wissal » qui diffuse de Riyad, et est accusée d’attiser les haines et les discordes et d’inciter au meurtre.
Quelques heures avant d’être dispensé de ses fonctions, le ministre a écrit sur son compte twitter : « J’ai donné ordre de fermer le bureau de la chaîne wissal à Riyad et interdit toute diffusion à partir de l’Arabie. Ce n’est pas une chaîne saoudienne à la base ».

La décision du ministre a été favorablement accueillie par la majorité des Saoudiens qui accusent la chaîne de diffuser des programmes qui attisent la haine et le confessionnalisme et qui accueille des « incitateurs » à la violence. La chaîne a promis toutefois de recourir à la justice pour faire annuler la décision du ministre (Al-Hayat).

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 06/11/2014

Haut de page