Presse du 8 & 9 juin 2015

Mots clés : Conseil des ministres – Arabie / Yémen – Arabie / Malaisie – France / Arabie – Elections turques – Arabie / Iran / Société / Tourisme – Iran.

Titres Généraux :

Al Watan : * L’Arabie temporise avant d’interdire aux Saoudiens de se rendre en Iran.

Al Hayat : * L’Arabie confirme sa capacité à déjouer des tentatives d’infiltration à ses frontières.

AL Riyadh : * Le Conseil des ministres salue l’unité de la société saoudienne contre le terrorisme ainsi que les exploits de l’armée qui a repoussé une attaque à Jazan et Najran.

Al Jazirah : * Le Conseil des ministres dénonce les tentatives de déstabilisation à Bahreïn.

Sharq Al Awsat : * Yémen : Abaissement du niveau des attentes de la réunion de Genève. Le gouvernement de Bahah n’attend pas grand-chose des Houthis.

I - INFORMATIONS PRIORITAIRES

* Conseil des ministres : Le Roi a présidé la réunion du Conseil des ministres qui s’est tenue au palais Al-Salam à Djedda. Il a informé les ministres de la teneur du message adressé par l’Emir du Koweït, et des résultats de ses entretiens avec le Premier ministre libanais et avec le Premier ministre malaisien.

Les ministres ont dénoncé les tentatives visant à ébranler la sécurité et la stabilité du Royaume de Bahreïn et ont fait l’éloge des services de sécurité qui ont réussi à déjouer un attentat terroriste relié à des parties terroristes à l’étranger. Ils ont insisté sur la nécessité d’unir les efforts pour éradiquer toutes les formes de terrorisme.
Ils ont dénoncé la poursuite de la politique de discrimination raciale et d’épuration ethnique envers les Musulmans Rohyngias à Myanmar : L’Arabie rappelle qu’il est important de lutter contre de telles politiques dans le cadre des résolutions de l’O.C.I., des Nations unies et des principes internationaux des Droits de l’Homme.

Ils ont salué le discours du Roi lors de l’audience accordée aux hauts responsables de la lutte anticorruption dans les secteurs privé et public. Ils ont remercié le Roi qui a décidé de traiter les Saoudiens qui ont payé de leurs vies l’échec de la tentative d’attentat à Dammam comme des martyrs du devoir à qui il a décerné la médaille du courage. L’unité de la société saoudienne, toutes catégories confondues, dans sa lutte contre le terrorisme est la meilleure riposte contre les outils de la discorde et ceux qui les encouragent. Des progrès tangibles ont été réalisés dans l’enquête au sujet de ces attentats terroristes, ayant permis d’arrêter de nombreux individus et d’obtenir des informations importantes sur les implications.

Ils ont également fait l’éloge des militaires qui ont repoussé des attaques dans les secteurs de Jazan et de Najran.

D’autre part, le Roi a recommandé à toutes les parties impliquées dans les prestations offertes aux pèlerins de leur faciliter les procédures et d’assurer leur bien-être.

Le Conseil des ministres a accepté de mandater le Président de la KACST ou son suppléant pour examiner avec la partie française un projet de mémorandum d’entente de coopération scientifique et technique entre les gouvernements saoudien et français, de le signer puis de remettre la copie définitive ratifiée afin de compléter les procédures réglementaires.

* Arabie saoudite / Yémen : La coalition arabe que mène l’Arabie a intensifié ses raids contre des positions militaires houthies et celles de leur allié, l’ancien Président Saleh, notamment à Sana.

Des renforts militaires importants des forces terrestres saoudiennes ont été constatés dans la région de Jazan, aux frontières saoudo-yéménites, ainsi que la présence de chars, de canons et de blindés.

Par ailleurs, le commandant des forces de la Garde nationale dans le secteur sud a précisé que les forces saoudiennes s’attendaient à ce que les rebelles yéménites mènent des attaques contre les frontières. Mais ils ont échoué et subi des pertes considérables, tant matérielles qu’humaines. La coalition a d’ailleurs établi une liste de « cibles ennemies précieuses » (presse du 8/06).

Par ailleurs, selon la presse de ce jour, le gouvernement yéménite a abaissé le niveau de ses attentes de la conférence de Genève, prévue dimanche prochain, afin d’examiner le processus de paix au Yémen et mettre fin au putsch des Houthis.

Le vice-Président yéménite, Khaled Bahah, a indiqué que la rencontre de Genève sera une rencontre de consultations et non de négociations. Elle ne sera pas contraignante dans la mesure où elle est nécessaire afin de trouver les mécanismes de mise en œuvre de la résolution 2216. « Nous n’attendons pas grand-chose des Houthis à Genève. Tant que les bonnes intentions font défaut, Genève ne sera qu’une souffrance ».

* Dans sa tribune publiée le 8 juin, le rédacteur en chef d’Al-Charq Al-Awsat, Salman Al-Dossari, fustige les Nations unies, soucieuses davantage des détails que des solutions concrètes sur le terrain. Cette organisation s’apprête à un nouveau feuilleton de négociations à Genève, qui sert de bouée de sauvetage aux Houthis et à leurs alliés, les partisans du Président Saleh.

En effet, à l’apogée de la crise, les Nations unies n’ont jamais souhaité intervenir. Ce silence et cet absentéisme ont servi de carton vert aux Houthis pour poursuivre leurs exactions et s’emparer des institutions étatiques. Force est d’admettre que le renversement houthi a été parrainé par les Nations unies.

Cette dernière ne répond pas à la question essentielle, à savoir pourquoi une nouvelle conférence alors qu’une résolution a été adoptée. Jusque-là, les Nations unies n’ont fourni aucun détail sur les agendas de cette réunion ni sur ses bases.

Certes, nul ne refuse une issue politique à la crise yéménite. Il est toutefois inacceptable que le dialogue politique soit un retournement contre les accords politiques internationaux contraignants pour toutes les parties. La conférence de Genève semble nébuleuse. Elle suscite plus de questions que de réponses.
Elle aura lieu. Le peu de crédibilité qui reste aux Nations unies est en jeu.

* L’éditorialiste d’Al-Watan s’interroge également sur l’utilité de la conférence de Genève, en particulier après les déclarations du Président Hadi et de son vice-Président. Il faut que les Houthis et les partisans de Saleh réalisent qu’aucune solution politique ne pourra être appliquée dans le pays avant qu’ils ne déposent les armes et se retirent des régions dont ils se sont emparés. Toutes les autres solutions et propositions seront inutiles. Il s’agira de manœuvres vaines qui sont vouées à l’échec in fine.

Certes, tous les membres de la coalition se réjouiront dans l’hypothèse où les rebelles déposent les armes. Dans le cas contraire, ils poursuivront la mission qu’ils se sont assignés. Que cache donc Genève pour le Yémen ?

* Dans une tribune libre publiée dans Okaz, M. Saïd Al-Sreihi, estime que la conférence de Genève n’est qu’une reproduction des deux autres conférences consacrées à la Syrie : les Nations unies sont incapables d’agir ou de prendre une décision quelconque et laissent aux protagonistes le soin de régler leurs problèmes.
Cette conférence n’est qu’un aveu de l’incapacité de l’organisation internationale à respecter les bases et les principes sur lesquels elle a été fondée, à mettre en œuvre les résolutions adoptées sous le coup du chapitre 7. C’est une tergiversation onusienne de plus.

* Arabie saoudite / Malaisie : Le Roi a reçu, le 7 juin, le Premier ministre malaisien, Mohamed Abdul Razzaq. Ils ont examiné la coopération bilatérale, les derniers développements régionaux et internationaux, ainsi que la politique de discrimination raciale et d’épuration ethnique contre les Musulmans Rohingyas, politique qu’il faut combattre notamment dans le cadre des résolutions de l’O.C.I. et des Nations unies et des principes des Droits de l’Homme.

Le Premier ministre malaisien a également été reçu par le Prince héritier avec qui il a évoqué, outre les derniers développement, les efforts que déploie l’Arabie pour venir en aide aux Rohingyas (presse du 08/06).

II - AUTRES INFORMATIONS

* France / Arabie saoudite : Le ministre saoudien des Affaires étrangères, M. Adel Al-Jubaïr, a reçu hier l’émissaire du ministre français des Affaires étrangères, M. Alexandre Ziegler, et la délégation qui l’accompagne. Ils ont évoqué les sujets d’intérêt commun (Al-Riyadh).

* Elections turques : Dans sa tribune dans Al-Hayat, Daoud Al-Charayan n’attend pas de changements importants dans la politique étrangère turque, mais les résultats des élections induiront, nécessairement, un certain équilibre. Certes, Ankara ne refusera pas de soutenir les Frères musulmans mais s’abstiendra d’un parti-pris aveugle en leur faveur aux dépens d’autres factions sur la scène syrienne.
Les élections turques ont démontré que le processus démocratique a atteint le stade de maturité dans ce pays. Le peuple turque a décidé de transformer le renversement de 1980 en simple épisode de l’Histoire ancienne.

* Al-Riyadh intitule son éditorial : « Erdogan a gagné mais n’a pas vaincu ». Force est d’admettre que le parti de la justice et du développement est face à un test difficile qui pourrait en modifier la forme et qui jettera incontestablement de l’ombre sur les projets régionaux, notamment sur les relations de la Turquie avec les pays du Golfe et avec l’Egypte, dans la crise syrienne et y compris avec son voisinage européen. Le parti pourrait être occupé, au cours de la période à venir, à sa réorganisation et sa restructuration, entraînant l’émergence de nouveaux leaders politiques afin d’éviter la chute d’un parti qui a réussi à bouleverser l’image de la Turquie.

Certes, les résultats des élections n’auront pas de répercussions importantes au plan régional mais affecteront les agendas du parti qui aspirait à s’emparer totalement de tous les rouages de l’Etat.

Quoi qu’il en soit, les paris sont ouverts dans le pays compte tenu des résultats des élections. Les surprises et les bouleversements seront incontestablement le titre de la phase à venir. Le monopole n’a plus cours et un combat politique éreintant risque de prendre forme.

* Arabie saoudite / Iran / Société / Tourisme : La presse du 8 juin indique que quatre enfants saoudiens sont morts dans un hôtel de la ville iranienne de Machhad et 28 autres sont dans un état critique. Le chargé d’affaires de l’ambassade d’Arabie auprès de Téhéran a indiqué que les autorités sécuritaires ont décrété la fermeture de l’hôtel pour identifier les causes de cet incident.

Selon la presse de ce jour, 5 Iraniens, employés de l’hôtel, ont été arrêtés, alors que des hauts responsables iraniens s’interrogent sur cet acte. Toutefois, le ministre iranien de la Santé a indiqué qu’il s’agit d’un acte délibéré, mais les autorités judiciaires préfèrent attendre les résultats de l’enquête.

AL-Watan cite l’ambassade d’Arabie qui indique qu’un insecticide serait à l’origine de l’empoisonnement des touristes.

* Arabie saoudite / Gabon  : Le Président gabonais entame aujourd’hui une visite en Arabie au cours de laquelle il sera reçu par le Roi Salman avec qui il examinera les relations bilatérales et les derniers développements.

* Iran  : L’éditorialiste d’Okaz stigmatise une fois de plus l’Iran qui semble soucieuse d’enraciner la haine et l’hostilité envers les pays arabes et du Golfe, refusant les relations de bon voisinage et résolue à s’ingérer dans les affaires internes de certains pays.

(…) Les Mollahs d’Iran dissimulent sous leurs abayas les corps des diables, et sous leurs turbans le terrorisme de ceux qui ont échoué. Ils exportent la haine, la mort et les meurtres. Les pays arabes connaissent leurs inimitiés, en Syrie, en Irak, au Liban, au Yémen et aujourd’hui à Bahreïn.

Traduction & mise en page : Zéna GEDAY

Dernière modification : 10/06/2015

Haut de page